19 février 2023
19 février 2023
Temps de lecture : 3 minutes
3 min
32669

Les lauréats 2023 du Next40 et FT120 dévoilés

Pour la première fois depuis son nouveau quinquennat, Emmanuel Macron reçoit ce lundi les principaux acteurs de l’écosystème de la French Tech. L’occasion de dévoiler les lauréats du Next40 et du FrenchTech120, de dresser le bilan de la croissance du secteur de la Tech, et de présenter sa feuille de route pour les années à venir.
Temps de lecture : 3 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.

Des entreprises de service majoritairement

En dix ans, la majorité des entreprises aujourd’hui du FrenchTech120 ont explosé leur chiffre d’affaires, leur taille et leurs effectifs. A en croire les chiffres, le secteur est d’ailleurs en pleine santé. Le montant annuel des levées de fonds (un indicateur clé) bat chaque année des records, atteignant en 2022, 13 milliards d'euros. Les 120 plus grosses entreprises (dont certaines sont des licornes) génèrent à elles seules un chiffre d’affaires de 11 milliards d’euros, font travailler 50 000 personnes en France et en Europe, et ont augmenté leurs effectifs de 70 % par rapport à 2020.

Leurs caractéristiques ? Elles développent des services aux Français puisque, selon une étude de l’IFOP réalisée en 2022, trois Français sur cinq utilisent au moins une fois par mois une entreprise de ce classement, à l’image de Doctolib, BlaBlaCar ou Vestiaire Collective. Bon nombre de ces scale-ups fournissent également des solutions aux entreprises dans les domaines de la gestion financière, des ressources humaines (GoJob, une entreprise d'intérim, recueille par exemple 1,5 million de candidatures par an), de la politique RSE et du spatial (Loft Orbital envoie ainsi des satellites dans l'espace de façon régulière).

Des startups qui participent à la réindustrialisation

Alors que l'économie est portée notamment par le plan France 2030, de nombreuses entreprises du FrenchTech120 ont pu créer des emplois sur l’ensemble du territoire dans le domaine de la transition écologique et de l'industrie, apparaissant comme de véritables leviers de réindustrialisation. Douvrin, Douai, Troyes, Chalon, Amiens : autant de villes où ces scale-ups construisent des usines pour produire leurs modèles. " Depuis quelques années, les startups françaises investissent de nouveaux champs d’activité et déploient des innovations de rupture qui procurent un avantage concurrentiel important à la France. Actrices de notre souveraineté technologique, industrielle, énergétique ou alimentaire, elles nous permettront de remporter les défis qui s’offrent à nous dès aujourd’hui. Je pense par exemple à Ynsect ou Innovafeed, qui inventent la filière agroalimentaire de demain, ou Verkor, dont les batteries permettront de faire face aux enjeux de transports plus écologiques " illustre Bruno Lemaire, Ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique.

Plusieurs défis au tournant

Parmi les défis inscrits sur la feuille de route d’Emmanuel Macron : celui de l’innovation, de la transition écologique, des talents et du financement. Avec un président français qui veut faire de la French Tech le leader de la Tech européenne, les entreprises doivent rester innovantes, diversifier leurs talents et trouver des financements. " Plus encore, les innovations de nos startups ont fait d’elles des leaders internationaux. Nos entreprises réussissent leur dynamique de croissance externe, et en 2022, nous dénombrons 93 acquisitions réalisées en majorité par les startups du French Tech Next40/120 et dirigées vers des concurrents étrangers. L’innovation de nos startups, devenues de véritables leaders sur le marché mondial, fait de l’écosystème French Tech un modèle à l’international ", rappelle Jean-Noël Barrot, Ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications.