écrit le 15 juin 2023, MÀJ le 15 juin 2023
15 juin 2023
Temps de lecture : 3 minutes
3 min
27938

Le programme French Tech 2030 dévoile une première promotion de 125 startups

Accompagner une centaine de startups innovantes dans des secteurs stratégiques clés : telle est l’ambition du programme French Tech 2030 (annoncé par le président Emmanuel Macron en février dernier) qui dévoile les 125 lauréats de cette première promotion.
Temps de lecture : 3 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.

French Tech 2030 est né de l'association de l’ambition du plan France 2030, de l’accompagnement de la Mission French Tech et de l’expertise de Bpifrance. " Avec French Tech 2030, nous favorisons l’émergence d’une offre technologique française : une condition indispensable de notre souveraineté économique où les startups ont un rôle déterminant pour créer de nouvelles solutions à grande échelle ", a rappelé Clara Chappaz, directrice de la Mission French Tech.

French Tech 2030, une ambition de souveraineté

Le plan France 2030 vise à soutenir l’émergence de ces innovations dans des secteurs stratégiques clés qui répondent aux enjeux sociétaux et environnementaux de demain (décarbonation, réindustrialisation verte, agriculture de demain, biotech, intelligence artificielle, cybersécurité…).

Et pour répondre à ce défi, le programme French Tech 2030 vient de dévoiler les 125 lauréats de la première promotion : des acteurs émergents de l’innovation qui seront accompagnés via un dispositif de tous les services de l’État et des territoires – sous la coordination de la Mission French Tech.

Des startups à très haut potentiel

Ces entreprises doivent démontrer un très haut potentiel de croissance et d’impact environnemental et sociétal contribuant à la souveraineté économique et technologique de la France.

L’objectif ? Faire : " émerger une nouvelle génération d’entreprises technologiques et industrielles ", selon le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Et participer à la " la ré-industrialisation de notre pays qui passera en partie par le développement d’une nouvelle génération d’entreprises industrielles de l’écosystème French Tech ", ajoute Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie.

Mission importante pour les lauréats de ce programme (dont 30% sont des CEO femmes ou co-fondatrices), dans lequel figure notamment des startups comme XXII, Kiro, Polytopoly, Lattice Medical (récent lauréat du prix Next InnoV) ou encore la jeune pousse Mistral AI qui vient de réaliser une levée de fonds de 105 millions d'euros quelques mois après son lancement.

"Pour la première fois, on ne parle pas uniquement de moyens financiers mais aussi de mettre à disposition des lauréats des moyens pour répondre aux enjeux réglementaires, normatifs, commerciaux et industriel. Concrètement pouvoir discuter de nos enjeux avec les services de l’Etat et les Ministères, et travailler avec eux. C’est l’une des caractéristiques uniques de ce programme" vient illustrer Alexandre Guenoun, CEO de Kiro.

Un nouvel élan

La conférence Vivatech, qui se déroule actuellement à Paris, a notamment été l'occasion de faire certaines annonces à l'attention de l'écosystème French Tech, qui a fêté ses 10 ans à Station F mercredi 14 juin. Publication du rapport de Paul Midy, sécurisation de 7 milliards d'euros au sein du fonds "Tibi 2" pour soutenir le développement des entreprises innovantes, ainsi que la création d'un fonds d'investissement de 500 millions d'euros pour développer l'intelligence artificielle en France et faire émerger des champions et des pôles de taille mondiale ; Le président Macron a réaffirmé son soutien à la French Tech.

"Le pire scénario serait une Europe qui investit beaucoup moins que les Américains et les Chinois et qui commencerait par créer de la régulation. Ce scénario est possible, ce ne serait pas celui que je soutiendrai", a-t-il averti, alors que se négocie à Bruxelles le futur "AI Act".