11 octobre 2023
11 octobre 2023
Temps de lecture : 3 minutes
3 min
23190

Ciryl Gane : «J'ai investi dans les startups pour faire bouger les choses et sécuriser mon après-carrière»

Les sportifs sont de plus en plus nombreux à miser sur des startups. C'est le cas notamment du combattant de MMA Ciryl Gane que Maddyness a rencontré à l'Accor Arena en marge de Big.
Temps de lecture : 3 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Légende photo :
Ciryl Gane, combattant de MMA. Crédit : Maddyness.

Habitué aux octogones de l’UFC en tant que combattant de MMA, Ciryl Gane est aussi un investisseur particulièrement actif dans les startups. Ces derniers mois, le poids lourd français de 33 ans a ainsi décidé d’entrer au capital de sociétés comme Royaltiz, Weezl (ex-Ref’mate) ou encore Kobi. Il marche ainsi dans les pas de grands noms du sport français, à l’image de Tony Parker, Teddy Riner, Raphaël Varane, Blaise Matuidi ou Kylian Mbappé, qui ont également décidé de miser sur plusieurs entreprises.

A l’occasion de l’événement Big (Bpifrance Inno Génération), organisé par Bpifrance il y a quelques jours, Maddyness a pu rencontrer Ciryl Gane à l’Accor Arena. Un endroit que l’athlète connaît bien, puisqu’il y avait remporté son combat contre Sergey Spivak en septembre. Cette fois, c’est dans le costume d’investisseur qu’il était de retour à Bercy, aux côtés de Sofiane Laurent, co-fondateur et CEO de Kobi, une startup qui a créé une solution pour que les marques et les entreprises offrent du sport à leurs clients ou à leurs salariés.

«C’est lié à chaque fois au sport»

Pour Ciryl Gane, mettre son argent et sa notoriété au service d’entreprises comme Kobi répond à plusieurs objectifs. «Ce qui m’a poussé à investir dans les startups, c’est de faire bouger les choses et surtout de sécuriser mon après-carrière car on sait que la carrière d’un sportif n’est pas éternelle», a-t-il expliqué au micro de Maddyness. Avant d’ajouter : «J’ai investi dans pas mal de startups, mais c’est lié à chaque fois au sport parce que je comprends les besoins et les attentes à ce sujet dans notre pays.»

Forcément, l’apport d’un ambassadeur comme Ciryl Gane est coup de pouce bienvenu pour le développement de Kobi. «Quand on a des athlètes comme Ciryl Gane, Raphaël Varane, Nedim Remili ou encore Benjamin Kayser, ça apporte de la confiance pour une jeune entreprise innovante afin d’aller séduire des grands groupes», estime ainsi Sofiane Laurent, le patron de Kobi. «Ciryl est un peu intimidant, donc s’il y a un client qui hésite à signer, on l’envoie et ça va beaucoup plus vite !», ajoute-t-il hilare aux côtés du combattant de MMA. Cette discipline sportive étant particulièrement populaire aux États-Unis avec l’UFC, le soutien d’un athlète comme Ciryl Gane pourrait également permettre à la société de faire sauter quelques barrières pour accélérer son développement à l’international.

Prenant de plus en plus goût au monde des startups, le champion tricolore pourrait-il être tenté de devenir entrepreneur après sa carrière ? Il n’écarte pas cette option, mais la priorité est ailleurs dans l'immédiat. «Pour l’instant, je suis très concentré sur ma carrière. Ce sont des choses qui viendront si j’en ai envie et je le ferai avec plaisir. Je suis bien entouré, j’ai des contacts maintenant», assure-t-il, en jetant un œil complice vers Sofiane Laurent. En attendant, c’est sur les octogones de l’UFC que Ciryl Gane entend bien imposer sa loi.

Maddynews
La newsletter qu'il vous faut pour ne rien rater de l'actualité des startups françaises !