Retour en haut
Business

#MaddyTips Comment franchir le fossé qui existe entre prototype et production de masse ?

#MaddyTips : Comment franchir le fossé qui existe entre prototype et production de masse ?
par

Quelles sont les différentes étapes pour atteindre la production de masse ? Quelles en sont les problématiques ? Qui peut m’accompagner et me financer ? Si les jeunes pousses sont encore confrontées à plusieurs problématiques liées à leur développement, les choses commencent à changer en France.

« De l’idée à la production de masse, quelles solutions pour changer d’échelle ? » C’est la question à laquelle a tenté de répondre PH Innovation le 6 mai 2016, aux côtés d’Artilect Lab. Les deux entités organisaient une table ronde dans le cadre du FabLab Festival, durant laquelle des entreprises comme Dassault Systèmes, Noova, Fidal, Wyca et WiSeed ont pu donner leur points de vue et retours d’expérience sur la problématique liée à la production de masse, et ses solutions.

Mais avant tout, que sont les FabLabs ? Ces espaces, ouverts au public, sont des ateliers de fabrication numérique dédiés aux projets collaboratifs. Entrepreneurs, étudiants, designers, développeurs et toutes autres personnalités y sont invités à co-créer ensembles toutes sortes d’innovations. Pourtant, si l’on constate aujourd’hui un grossissement de la communauté FabLabs et l’émergence de nouvelles structures en France, les produits qui y sont développés s’arrêtent généralement aux prototypes et ne rencontrent pas de solutions pour leur distribution.

Fab-Lab-Course

Crédits : FabLab Ajaccio

C’est là qu’interviennent de nouveaux acteurs, dédiés à l’accompagnement de la production de ces produits innovants. C’est le cas de PH Innovation, qui accompagne les start-ups et PME vers l’industrialisation de leurs innovations.

Il est possible en France d’arriver jusqu’au prototype. Mais à cette phase, difficile pour une structure modeste de passer en production. Notre concept est donc de leur offrir la possibilité d’une vraie mise en place de stratégie industrielle grâce à un financement pour la mise en production associé à un accompagnement technique

Thomas Hedley, cofondateur de PH Innovation

Si la structure n’a pas de critères de sélection concernant le domaine de compétences des produits (médical, mobilité, etc.), elle explique que les projet doivent cependant avoir une véritable volonté de créer une stratégie industrielle. Grâce à son réseau de partenaires, composé d’industriels qui cherchent à optimiser leur site de production en y intégrant des projets externes, PH Innovation répond à cette problématique en permettant aux startups de communiquer avec ces grands acteurs et d’accélérer leur développement.

Autre problème avancé lors de cette table ronde : le manque de financement de ces projets. PH Innovation rappelait alors qu’1% des sociétés concentraient à elles-seules 75% de l’investissement. Pour financer leurs prototypes, certaines startups se tournent alors vers le crowdfunding. Une solution qui ne les aident pour autant pas à accéder à une véritable stratégie d’industrialisation.

Enfin, la stratégie juridique et le manque de vision des créateurs sont des problématiques à aborder dans le cadre de l’industrialisation d’une innovation. Les créateurs de projets doivent ainsi se poser les bonnes questions afin de dégager les leviers juridiques et commerciaux nécessaires au passage à l’échelle.

En France, dès qu’on a une idée, il est très commun de penser à tous les stades sauf celui de la commercialisation. Les créateurs se rendent compte trop tard qu’ils n’ont pas estimé les efforts marketing que cela demandait, alors que c’est un passage obligatoire

Thomas Hedley

fablab_festival_toulouse_2015_photo_makery_cover-7034

Et c’est ici que les structures d’accompagnement ont toute leur utilité. Celles-ci, encore peu nombreuses dans la branche industrielle, apportent les outils nécessaires à la mise en production, en accompagnant les projets vers des compétences juridiques, marketing, ou autres.

Si la table ronde organisée par PH Innovation a permis de mettre en lumière le manque d’accompagnement et de soutien au développement des produits innovants, issus de FabLabs ou non, les acteurs de l’innovation commencent à réagir à ces problématiques et mettent des actions en place pour aider les petits produits à atteindre une véritable phase d’industrialisation.

L’arrivée de nouveaux acteurs, comme PH Innovation ou Noova, ou encore l’ouverture de Fablabs au sein de grandes entreprises comme Dassault Systèmes, souffle un vent d’espoir sur les perspectives de l’innovation en France. Après quelques jours au Fablab Festival, on se rend compte que les choses bougent, et ça donne le moral

Thomas Hedley

Pour voir ou revoir l’intégralité de la table ronde organisée par PH Innovation, c’est ici

Article initialement publié le 25 mai 2016

  • Chassy.A

    Article très juste qui pointe le réel problème. J’ai moi même été confronté à ce type de problématique en tant que designer produits sur Paris #inspiring

  • Adrien Desceinte

    Très juste effectivement. On développe justement une plateforme qui vise
    à réduire ces freins à l’innovation, mais en se concentrant pour
    l’instant sur la phase de prototypage. Si ça vous intéresse :
    http://monprototype.fr/