Retour en haut
Entrepreneurs

#PostMortem Clap de fin pour Take Eat Easy, des investisseurs déjà sur le coup pour un rachat ?

#PostMortem : Clap de fin pour Take Eat Easy, des investisseurs déjà sur le coup pour un rachat ? Les quatre cofondateurs de Take Eat Easy
par

L’aventure de la startup belge Take Eat Easy s’arrête ici. Spécialisée dans la livraison de repas à domicile, elle n’aurait pas réussi à atteindre l’équilibre financier trois ans après sa création, et annonce être placée en redressement judiciaire.

“It’s Over”. Ce sont les premiers mots de Chloé Roose, cofondatrice de Take Eat Easy, dans un post Medium publié ce matin.  La société, créée en septembre 2013 à Bruxelles et spécialisée dans la livraison de repas à domicile, est en redressement judiciaire malgré une croissance mensuelle de 30% ces 12 derniers mois et plus d’un million de commandes passées sur la plateforme.

En cause : des revenus qui n’ont pas réussi à couvrir les coûts de la startup, passée de 10 à 160 collaborateurs cette dernière année afin d’opérer dans les 20 villes dans laquelle elle s’est implantée, mais aussi l’impossibilité de trouver des investisseurs pour mener une troisième levée de fonds.

En mars 2016, après avoir été rejeté par 114 fonds, nous avons signé un accord avec un groupe logistique détenu par l’État français, pour un investissement de 30 millions d’euros. Malheureusement, après 3 mois de négociations, leur conseil a rejeté l’affaire et ils ont fini par retirer leur offre

Adrien Roose, directeur de Take Eat Easy, dans un autre post Medium

arton1023

Après cet échec, la startup a essayé de trouver de nouvelles solutions pour se maintenir en vie, notamment en travaillant parallèlement sur deux deals d’acquisition et de financement, en vain. “De nombreux acteurs ont été sollicités avant la mise en redressement judiciaire et aucun n’a voulu reprendre, nous précise une source qui souhaite rester anonyme. Le modèle ne peut pas gagner d’argent. Ce n’est pas une question de volume, c’est le panier moyen qui est beaucoup trop bas.”

Résultat : après huit semaines de combat, Take Eat Easy annonce être placée en redressement judiciaire. Une information que les collaborateurs de la startup n’ont appris que ce matin, par téléphone. Si ces derniers ne savent pas encore comment vont se dérouler les prochaines semaines, l’application et le site de Take Eat Easy sont déjà fermés

Une triste nouvelle qui pourrait bien faire le bonheur d’autres acteurs du secteur tels que Foodora ou encore Deliveroo, qui continuent chaque mois à gagner du terrain sur le marché de la livraison de repas à domicile. Certains d’entre-eux pourraient même être intéressés par le rachat de la jeune pousse, selon le média Le Soir. Une information que les équipes de Take Eat Easy, contactées par téléphone, qualifient de rumeurs non fondées. En attendant, cette mort subite est également un véritable mauvais signe pour l’investissement en Europe…

  • Sarah

    Avant de pleurer sur Take in easy, il faudrait aller lire le post d’un restau qui explique comment Take in easy leur laisse une ardoise. Et comment ils se sont barrés sans prévenir personne… https://www.facebook.com/BoobaMara/photos/a.426571134067123.96262.372900869434150/1118652561525640/?type=3&theater

    • H de Saint Vincent

      On peut aussi considérer, “avant de pleurer”, l’apport de CA qu’ont apporté et qu’apportent Take it easy, Foodora, Allo Resto ou Deliveroo aux restaurants.

  • Benjamin Gorski

    “cette mort subite est également un véritable mauvais signe pour l’investissement en Europe” … ce assez mal venu comme conclusion. il est précisé plus haut “Le modèle ne peut pas gagner d’argent. Ce n’est pas une question de volume, c’est le panier moyen qui est beaucoup trop bas.” Derrière la frénésie des investisseurs pour ces modèles d’uberisation ( bulshit dédié à paupériser l’emploi et exciter les cupides investisseurs ) il y a surtout un manque de réalité économique et c’est tout simplement un fait. ils ne sont pas les premiers à devoir fermer et ce ne seront pas non plus les derniers car les autres fonctionnent sur le même modèle et se développent tous sous perfusion. Il suffirait par ailleurs que la condition sociale des “travailleurs” livreurs soit réglementées pour qu’ils soient tous mis à genou… C’est triste pour les entrepreneurs qui s’y sont investis et se sont batus pour faire avancer cette boite mais c’est un modèle de business qui fait beaucoup de bruit pour pas grand-chose.

  • Federico Rodriguez Llull

    Well, if you want to Take It Easy , you can do that while playing the guitar. Join FRETX community => http://www.fretx.rocks/