Retour en haut
Entrepreneurs

#IoT Je peux pas, j’ai poney (connecté)

#IoT : Je peux pas, j’ai poney (connecté) Qui sont ces startups qui oeuvrent à démocratiser les objets connectés dans le monde du cheval ?
par

Depuis quelques années, les objets connectés se sont fait une place de choix dans notre quotidien, jusque dans le sport. Le monde de l’équitation n’y a pas échappé. La discipline voit aujourd’hui fleurire bon nombre de startups dédiées à l’amélioration du confort de chacun, cavalier comme cheval. 

Les objets connectés représentent aujourd’hui un marché considérable, à tel point que l’on devrait en compter près de 8,4 milliards en circulation d’ici la fin de l’année, selon le cabinet Gartner. Un succès qui s’opère dans tous les domaines, et en particulier dans le sport : l’athlétisme, le tennis, le football, la natation et même l’équitation, un domaine jusqu’ici considéré comme très traditionnel.

Ce dernier voit ainsi émerger, depuis cinq ans, plusieurs acteurs qui oeuvrent chaque jour à améliorer le confort et les performances des athlètes à quatre pattes. Un développement récent et extrêmement rapide dans l’écosystème, accompagné par la création de Horse’N Tech, filière équine de la FrenchTech, et la mise en place du pôle de compétitivité Hippolia, dédié au rassemblement des startups et grands groupes (Lim France, Decathlon,etc.)  du domaine. 

Une technique qui doit s’adapter au milieu équestre

De quoi permettre à tous les cavaliers, entraineurs, palefreniers, vétérinaires ou éleveurs, qu’ils se dédient au sport de loisir ou à la compétition,  de suivre l’entraînement de leurs chevaux, en récoltant des informations supplémentaires qui précisent leurs performances. “L’objectif premier, c’est vraiment d’accompagner la progression de la performance équestre”, explique Fiona Gorin, responsable des projets au pôle Hippolia, qui précise que ces objets connectés permettent également de mieux connaître les besoins et la santé de chaque cheval, de manière très précise, et ainsi d’améliorer son confort et réduire le risque de blessure, sans pour autant remplacer l’homme dans l’expertise de la performance et de la santé du cheval.

Mais si les objets connectés ont leur place dans tous les domaines, les fabricants doivent faire face à un enjeu importante dans le secteur de l’équitation : la résistance, qui n’a d’autres choix que d’être optimale. Car en plus de prendre en compte l’animal afin de réussir à capter sa fréquence cardiaque à travers ses poils, cette technologie doit être robuste pour survivre tant à l’environnement poussiéreux de la carrière d’entraînement qu’au poids de l’animal, en moyenne de 500 à 600 kilos. Autant de contraintes que certains acteurs ont réussi à dépasser, pour commercialiser aujourd’hui des produits de qualité. 

5 startups IoT dédiées au monde équestre à suivre de près

EquiSense

Lancée en 2014, la startup cofondée par Benoît Blancher, Camille Saute et Idriss Boumaza a créé EquiSense Motion, le premier capteur connecté. Ces trois cofondateurs, ingénieurs et cavaliers de compétition, ont mis leurs compétences scientifiques et leurs expériences sportives au profit du progrès technique du cavalier et de son cheval. Cet objet fixé à la sangle et relié au smartphone du cavalier par Bluetooth permet de mesurer des données précises lors de l’entraînement du cheval : la symétrie, le rebond, le temps passé à chaque allure, la cadence, en enregistrant les différents exercices dès que le cheval se met en mouvement.

La startup lance actuellement les préventes de son second objet connecté, EquiSense Care, un body connecté pour mesurer le bien-être du cheval. Il mesure son activité quotidienne, sa fréquence respiratoire, sa température, son sommeil et ses mouvements. Le produit sortira en septembre 2017.

motion-equisense

Arioneo

Issue de l’incubateur d’ESSEC Ventures, Arioneo a été cofondé par Valentin Rapin et Erwan Mellerio en 2014. La startup a pu lancer en octobre 2016 Orscana, un capteur fixé sur la couverture des chevaux pour surveiller leur activité lors du repos. En bref, il aide les propriétaires et cavaliers à anticiper les besoins du cheval pour son confort en contrôlant sa température, le temps qu’il passe allongé, la météo qu’il fera pour choisir la couverture adéquate. Avec les données enregistrées, cet outil renforce la précision des soins donnés aux chevaux. Le capteur Orscana, d’Arioneo est disponible en France et à l’international.

Seaver

Zakaria Antar et Pierre-Yves Lalo sont les cofondateurs de Seaver, une sangle et un protège sangle connectés qui allient performances et santé pour les chevaux de compétition. Cet outil accompagne les cavaliers et partagent les résultats avec les vétérinaires et les coachs dans leurs recherches médicales et de performances. Le produit travaillé à la main avec des produits nobles comme le cuir et le carbone légitime sa place dans un milieu hostile.

seaver

Horse Com

Lancée en 2014, Hugo Kadjas fonde avec l’expérience équestre de sa soeur, Marine Kadjas, Horse Com. La jeune pousse conçoit un casque audio à destination du cavalier et du cheval. Ce casque développé en partenariat avec des experts en éthologie, a pour but de maintenir la concentration du cheval par la musique et la voix.

Horse Cape

Fondée par deux ingénieurs passionnés d’équitation, Horse Cape souhaite améliorer la qualité du suivi médical des chevaux. L’objectif principal de Horse Cap est la réduction du temps d’intervention des cavaliers, vétérinaires et moniteurs en cas de situation de détresse du cheval. Cet outil intègre un système de monitoring qui relie en permanence les données du cheval sur l’application des propriétaires.