Retour en haut
Finance

#Écologie Canibal lève 1,2 million d’euros pour inciter les individus à recycler grâce à ses bornes ludiques

#Écologie : Canibal lève 1,2 million d’euros pour inciter les individus à recycler grâce à ses bornes ludiques
par

Canibal, concepteur de bornes de recyclage interactives et ludiques, boucle un tour de table d’1,2 million d’euros auprès de son investisseur historique.

Cofondée en 2009 par Benoît Paget et Stéphane Marrapodi, Canibal a conçu des bornes de recyclage interactives et ludiques pour favoriser le tri sélectif auprès des entreprises mais également dans les lieux publics. Pour inciter les gens à déposer leurs déchets dans ses collecteurs, Canibal a décidé de miser sur le jeu. Les bons élèves se verront récompensés de bons de réduction utilisables chez des partenaires aux alentours. Mais le concept de l’entreprise est plus poussé. Les collecteurs proposés par Canibal sont capables de différencier une canette d’un gobelet en plastique et sont fabriqués en France.

La startup a conclu des partenariats avec des acteurs industriels tels que ArcelorMittal pour l’acier, Constellium pour l’aluminium)ou encore APPE pour les matériaux plastiques,  afin qu’ils se chargent du recyclage.

Fabriquer cette machine « made in France » a demandé de lourds investissements. R&D, prototypes, préséries, c’est un véritable process industriel pour lequel nous avons dû lever des fonds à trois reprises.

Benoît Paget, co-fondateur de l’entreprise

Après avoir levé à ses débuts un total de 4,2 millions d’euros auprès d’investisseurs privés, ainsi qu’1,1 million d’euros auprès de BpiFrance et avoir fait appel au crowdfunding via la plateforme SmartAngels, Cannibale boucle donc un nouveau tour de table d’1,2 million auprès de Financières Fonds Privés.Ce nouvel investissement devrait permettre à la startup d’accélérer la production de ses bornes I3 ainsi que de se lancer sur le marché international.

Aujourd’hui, Canibal dispose de 140 bornes, installées dans les sièges sociaux, universités, gares… Ces collecteurs savent traiter trois types de déchets (canettes, gobelets et bouteilles plastiques) et sont fabriqués en France. L’entreprise, qui compte 15 collaborateurs, revendique un chiffre d’affaires d’1 million d’euros en 2015, et espère atteindre 1,8 million pour 2016.

Canibal en quelques chiffres

  • Créé en 2009
  • Fondateur(s) : Benoît Paget et Stéphane Marrapod
  • Siège : Paris
  • Montant levé depuis la création : 6,5 millions d’euros