Retour en haut
Finance

#Exclu Kawa lève 500 000 euros et ouvre son atelier de torréfaction parisien

#Exclu : Kawa lève 500 000 euros et ouvre son atelier de torréfaction parisien
par

Kawa, la jeune pousse qui libère les entreprises des capsules en fournissant du café de qualité clef en main,  vient de boucler une levée de fonds de 500 000 euros. L’opération, réalisée notamment auprès de Kima Ventures, permettra à la foodtech d’ouvrir son atelier de torréfaction à Paris.

Après seulement douze mois de commercialisation, la start-up Kawa Coffee monte en puissance. Réalisée conjointement avec Kima Ventures, le fonds privé de Xavier Niel, et d’autres business angels, cette levée va permettre à Kawa d’internaliser toute la chaîne de production du café vert en ouvrant son propre atelier de torréfaction, et donc d’être plus productif en maîtrisant les coûts. 

Cette levée s’inscrit dans la suite logique du développement de Kawa Coffee. Passé de 0 à 150 clients en 12 mois, Kawa Coffee fournit déjà plus de 1,5 tonnes de cafés à ses clients – parmi lesquels Uber, Google, Drivy, Dashlane, Stuart, Mano Mano, ou encore Michel & Augustin et La Ruche Qui Dit Oui.

Relire : #FOOD : Jaiungrain et Kawa fusionnent pour remettre le café artisanal au goût du jour

Les 500 000 euros levés vont permettre d’internaliser toute la torréfaction de café dans un seul et même lieu. Cet atelier sera composé d’un torréfacteur (machine qui transforme le café vert en café torréfié) financé à hauteur de 150 000 euros, d’un espace de stockage et d’une zone de livraison ainsi que les bureaux de l’équipe.

Kawa Coffee est maintenant composé de six personnes et cherche à recruter rapidement d’autres profils, notamment des business developer. Prochaine étape pour Kawa Coffee : l’ouverture de la branche CHR afin d’équiper le plus de restaurants, brasseries et hôtels dans Paris, avant de souvrir aux particuliers. 

Mots clés : foodtech, Kawa, kima ventures, paris
  • http://www.michelnizon.com Michel Nizon

    Il me semble que le nom Kawa est un nom commun qui désigne déjà le café, il sera donc très difficile de le protéger et de le rendre distinctif auprès des clients, même des professionnels. A quand un constructeur automobile de voitures électriques qui s’appellerait Bagnole ?