Portfolio#IoT
2 mai 2018

Nokia entre en négociations exclusives avec le fondateur de Withings pour qu’il rachète sa société

Coup de théâtre ! C'est finalement Éric Carreel, le fondateur et ancien président de Withings qui a été choisi par Nokia comme repreneur de la startup. Le groupe avait déboursé 170 millions d'euros en 2016 pour mettre la main dessus.

Retour aux sources pour Withings ! La société IoT, rachetée en 2016 par Nokia, pourrait prochainement retrouver son indépendance et… son fondateur. Le géant finlandais a en effet annoncé ce mercredi qu’il entrait en négociations exclusives avec Éric Carreel pour lui (re)vendre la société qu’il a fondée. L’opération devrait être finalisée d’ici la fin du deuxième trimestre 2018 et la vente comprendrait à la fois les produits grands publics et ceux destinés aux entreprises.

Aucun montant n’a été annoncé à ce stade des discussions. C’est l’un des points à négocier, alors que Withings avait été acquise par Nokia pour 170 millions d’euros. Sa valorisation avait été fortement revue à la baisse par le Finlandais l’année dernière, ne dépassant pas les 30 millions d’euros… Une chute qui ne faisait que confirmer l’échec du rachat mais aussi de la stratégie de diversification de Nokia, alors que la startup n’a jamais trouvé ses marques au sein du groupe qui s’est repositionné comme équipementier télécom.

Withings va devoir se réinventer

Nokia a finalement fait le pari d’un rachat français, alors que plusieurs autres repreneurs s’étaient dit intéressés, dont Google et Samsung. Peut-être que les 219 emplois dans la balance ont pesé lourd, Éric Carreel s’étant toujours dit attaché à la création d’emplois dans l’Hexagone.

Reste à savoir comment l’entrepreneur va pourvoir relancer une marque passée d’icône montante de la Tech à fantôme de l’IoT. Alors que ses montres connectées ou son pèse-personne ont longtemps été vantés comme des bijoux de technologie devant conduire à une révolution des usages, 10 ans après sa création, la startup n’a pas réussi à s’imposer comme le porte-drapeau d’un secteur dont l’essor tarde à se concrétiser par de réels succès.