17 septembre 2020
17 septembre 2020
Temps de lecture : 2 minutes
2 min
8296

Avant Snowflake, ces Français ont aussi affolé Wall Street avec leur entreprise

Spécialisée dans le cloud, Snowflake embrase Wall Street depuis le début de la semaine. Cette société créée par deux Français valait déjà 60 milliards de dollars au premier jour de cotation. Une réussite qui n'est pas sans rappeler celle d'illustres compatriotes.
Temps de lecture : 2 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.

La startup américaine Snowflake agite le Nasdaq depuis hier. Après un tour de table gigantesque de 479 millions de dollars, l'éditeur de logiciels a été valorisé 70 milliards de dollars pour son premier jour sur la bourse américaine dédiée aux technologies. Fondée par les Français Benoît Dageville et Thierry Cruanes, accompagné par Marcin Zukowski, le succès de Snowflake rappelle le succès d'autres entrepreneurs français lors de leur introduction en bourse aux États-Unis. Rappel des faits.

En 1996, Gérard Soula décide de lancer sa société de biopharmaceutique, Flamel Technologies, sur le Nasdaq. Le rêve américain sourit à l'entreprise qui lève environ 150 millions de dollars lors de l'opération. Malgré ce succès, il faudra attendre 2002 pour voir une autre entreprise s'introduire sur cette bourse américaine. La réussite est encore au rendez-vous puisque les fondateurs de DVB Technologies, Bertrand et Christophe Dupont, récoltent la coquette somme de 100 millions de dollars.

La tech française s'illustre une dizaine d'années plus tard avec Criteo. L'entreprise de ciblage publicitaire, cofondée par Jean-Baptiste Rudelle, Franck Le Ouay et Romain Niccoli, réussit à lever plus de 250 millions de dollars à l'automne 2013. En à peine six mois, le cours de son action double.

Trois ans plus tard, c'est au tour de Talend, éditeur de logiciel, de tenter sa chance sur le Nasdaq. À la fin de sa première journée de cotation, le titre bondit de plus de 40%. La société, créée par Bertrand Diard et Fabrice Bonan, parvenait à récolter alors 94,5 millions de dollars.

Mais le rêve peut vite s'assombrir

Si les introductions sur les bourses américaines réussissent à certaines entreprises françaises, le retour de la médaille est parfois douloureux. Le système anti-cookie déployé par Apple a compliqué la tâche de Criteo qui utilisait ces données pour cibler le contenu publicitaire à pousser. Résultat, le cours de son action connait aujourd'hui une certaine volatilité et il a perdu 64% en sept ans! Jean-Baptiste Rudelle vient de quitter le conseil d'administration de l'entreprise.

Pour Flamel Technologies, l'histoire retiendra que son fondateur a été évincé du conseil d'administration, son siège social en Irlande et et son nom changer pour devenir Avadel Pharmaceuticals.

Pour Talend, la trajectoire est toute contraire. Cotée à 18 dollars à son entrée en Bourse, l'action tourne actuellement autour des 40 dollars.