Décryptage#MaddyMoney
23 octobre 2020
pixpoetry

77 millions d’euros levés cette semaine, marquée par des opérations disparates

Chaque semaine, Maddyness dresse le bilan des levées de fonds de la semaine qui vient de s'écouler. Cette semaine, 16 opérations ont permis aux startups françaises de lever près de 77 millions d'euros.

Montant
76,73M€
Nombre d’opérations
16
TOUS LES VENDREDIS, L’ACTU FINANCIÈRE DES STARTUPS DANS VOTRE BOÎTE MAIL

À première vue, on croirait à une semaine somme toute similaire à la précédente. Les startups françaises ont, selon nos estimations, levé 76,73 millions d’euros – contre 56,65 millions la semaine passée. Pourtant, en se penchant sur les montants des 16 opérations recensées, on constate une forte disparité. C’est ce qui explique l’écart considérable entre moyenne (5,1 millions d’euros) et médiane (2 millions). À noter que MedTech, MarTech et PropTech semblent avoir la cote ces derniers temps, avec deux nouveaux tours de tables enregistrés dans chacun de ces secteurs.

En tête du classement, la BioTech SparingVision porte largement les investissements. Son opération, à hauteur de 44,5 millions d’euros, représente à elle seule plus de la moitié de la somme totale enregistrée cette semaine. Elle a ainsi reçu le soutien de Jeito Capital, 4BIO Capital, Pittsburg Medical Center Enterprise, Ysios Capital, Bpifrance et Foundation Fighting Blindness dans la cadre de cette série B. La startup, qui émane de l’Institut de la vision, utilisera cette somme pour poursuivre le développement de SPVN06, un traitement visant à lutter contre la rétinite pigmentaire – une atteinte génétique dégénérative de l’œil qui se caractérise par une perte graduelle de la vision, qui évolue in fine vers la cécité. Ces fonds permettront de finaliser la production du premier lot clinique du traitement, avec pour objectif le lancement d’une première étude clinique chez l’homme courant 2021.

Prevision.io monte, pour sa part, sur la deuxième marche du podium, avec une levée de 6 millions d’euros. La DeepTech a pu compter sur UpFront, Hi Inov et Netventure. Elle utilise ses données et celles engrangées par ses clients pour construire des algorithmes prédictifs. Les modèles que ces mêmes clients souhaitent mettre à la disposition d’autres utilisateurs peuvent ainsi être monétisés par l’intermédiaire d’une place de marché de sa conception. La société espère profiter de cet apport au capital pour investir en marketing et monter en puissance en Europe ainsi qu’aux États-Unis, où l’entreprise va ouvrir un premier bureau à New York. Si ses clients sont aujourd’hui principalement des corporates, elle dit vouloir s’ouvrir aux PME et même aux développeur·se·s indépendant·e·s à l’avenir.

En troisième position figure Cardiawave, qui a levé 5 millions d’euros avec l’appui de Sofimac Innovation ainsi que de business angels. Cette MedTech propose des solutions non invasives afin de lutter contre les maladies valvulaires cardiaques. Elle exploitera ce financement dans le cadre du développement de sa solution, à travers l’amélioration de la première génération du dispositif médical Valvosoft. De nouveaux essais cliniques vont se tenir en Europe et aux États-Unis, ses premiers succès ayant été salués par la communauté scientifique à l’échelle mondiale.

Pas de surprise au niveau de la répartition des opérations selon les régions. Plus encore que les précédentes semaines, l’Île-de-France concentre à la fois la majorité des levées – 12 sur 16 – et les montants les plus importants – le premier tour de table réalisé hors de la région parisienne n’arrive qu’en sixième position. Il s’agit du Clermontois SurgAR et de ses logiciels de réalité augmentée pour la chirurgie cœlioscopique (2,5 millions d’euros).

Autres actualités financières

Omnes Real Tech réalise un closing à hauteur de 130 millions d’euros. SpaceTech, GreenTech ou encore cybersécurité figurent parmi les segments que ce nouveau véhicule d’investissement regardera avec attention, afin de prendre part à des tours de série A ou B. « Notre volonté est d’investir dans une vingtaine de startups DeepTech proposant des technologies de rupture capables de donner à la France comme à l’Europe une avance technologique stratégique », précise Michel de Lempdes, managing partner d’Omnes. À noter que le fonds a, à date, déjà investi dans Solvionic, Dust Mobile et Sekoia, opérant respectivement dans les domaines des batteries du futur et de la cybersécurité, à fort potentiel de croissance.

Felix Capital recrute Angela Chou et Joseph Pizzolato. La première provient de Workplace, le premier produit SaaS de Facebook, où elle occupait le poste de product marketing manager. Le second était précédemment investisseur chez Vitruvian Partners, spécialisé en logiciel B2B, FinTech et e-commerce. Le fonds salue dans un communiqué leurs « expériences entrepreneuriales et expertises sectorielles, très complémentaires ». Cette annonce intervient peu de temps après son investissement dans la licorne française Mirakl, qui a levé 257,8 millions d’euros fin septembre. Pour rappel, Felix Capital gère 600 millions de dollars  – un chiffre qui comprend son nouveau fonds de 300 millions de dollars – dans le cadre de ses 36 portefeuilles.

GB&Smith acquiert Kinesis CI. La startup lilloise, qui édite des logiciels destinés aux professionnels de la Business Intelligence et Analytique (BIA), met la main sur une société britannique qui opère sur le même créneau. Cette dernière est à l’origine d’une solution de tests conçue pour réduire les cycles de développement et augmenter la fiabilité ainsi que la qualité des tableaux de bord. GB&Smith juge que cette opération devrait « accélérer son développement dans le marché émergent du multi-BI » – une série de logiciels spécifiques à certaines industries voit le jour – afin de permettre à ses clients de « transformer leurs données brutes en informations pertinentes et ainsi d’en faire un avantage concurrentiel ».