Maddyness

Frello recourt au numérique pour familiariser les personnes exilées à la langue française

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Technologies

Frello recourt au numérique pour familiariser les personnes exilées à la langue française

Pepper Pepper Pepper
1611 - trending  |  
Comments
Par Anne Taffin - 19 novembre 2020 / 09H00

Dans le cadre de son nouveau programme d'alphabétisation, Frello utilise le numérique pour familiariser les personnes étrangères et les primo-arrivants (réfugiés, migrants) à la langue française.

Pour réussir à s’intégrer dans un pays, y trouver un emploi et faire de nouvelles rencontres, la maîtrise de la langue est primordiale. De nombreux étranger arrivant en France (exilés, réfugiés, migrants) font face à cette fameuse barrière de la langue dans les administrations et dans leur quotidien. Plusieurs associations, organismes et programmes proposent des cours de français langue étrangère (FLE) aux personnes étrangères et aux primo-arrivants. De son côté, la startup Frello, fondée par Théo Dumarski et Louis Rapilly, développe des méthodes d’apprentissage. Initialement concentrée sur des cours de niveau A1 à B1, elle vient de développer un programme d’alphabétisation alliant numérique et présentiel. La solution est soutenue par Singa, Croix-Rouge 21 ou encore H7.

Un programme hybride mêlant numérique et présentiel 

« On observe souvent une grande disparité de niveaux entre les participant·e·s aux cours de FLE » , souligne Théo Dumarski, ce qui complexifie fortement la tâche des formateurs. Pour aider les apprentis à se familiariser avec le français en apprenant d’abord à le déchiffrer, Frello a mis au point une méthode hybride mêlant présentiel et numérique. Le programme se décline en huit modules compilant plus de 3000 activités. « Au fil des cours, l’apprenant découvre la différence entre une lettre, un mot, une phrase, avant de s’attaquer à la reconnaissance de lettres et des sons qu’elles produisent. Ensuite, il apprend à les combiner pour créer une syllabe, puis des mots, puis des phrases » , présente Théo Dumarski. Les apprenants avancent à leur rythme grâce à un « apprentissage essai-erreur » qui leur indique directement si leur réponse est bonne ou erronée.

A lire aussi

L’autonomie offerte par la plateforme ne signifie pas que les apprentis se retrouve seul. Ils sont suivis par leur formateur qui bénéficie d’un accès réservé leur permettant de « suivre, activité par activité, compétence par compétence, leçon par leçon et programme par programme les résultats de leurs apprenants » . Les données récoltées leur permettent alors d’adapter leurs cours et de choisir les ressources les plus pertinentes pour chaque participant. 

Briser les premiers freins à l’apprentissage 

Dans ce nouveau programme, l’objectif n’est pas d’apprendre à parler, mais à déchiffrer le français. Les apprenants qui y participent brisent ainsi la barrière psychologique de l’écrit et acquièrent les mots de vocabulaire de base nécessaires pour suivre les autres cours de français langue étrangère. « Beaucoup de ces apprenants ont été très peu scolarisés auparavant et notre outil leur permet de développer certains mécanismes d’apprentissage » , concède Théo Dumarski. Pensé pour les apprentis et les formateurs, le programme d’alphabétisation se décline en 60 heures d’enseignement à distance auxquelles s’additionnent 120 heures en présentiel. Les enseignements bénéficient d’ailleurs d’une formation en amont pour en retirer le maximum d’avantages.  

Une grande partie des apprenants ne bénéficient pas d’un accès à internet et d’un ordinateur à domicile. « C’est pour cela que nous avons lancé notre application sur iOS et Android, ce qui permet aux apprenants d’avoir accès à nos contenus où et quand ils le veulent » , se justifie Théo Dumarski. 

S’adapter et proposer un outil facile à prendre en main est absolument nécessaire pour faciliter l’apprentissage d’une langue particulièrement complexe.

Par

Anne Taffin

19 novembre 2020 / 09H00
mis à jour le 19 novembre 2020
Articles les plus lus du moment

Les indépendants craignent le pire avec la fin du fonds de solidarité

Entrepreneurs
Par Maddyness avec AFP - 18H01vendredi 04 décembre 2020
Next

Les 21 femmes les plus influentes de la Tech en France

Entrepreneurs
Par Heloïse Pons - 09H00jeudi 03 décembre 2020
Next

À La Courneuve, un incubateur veut faire passer le périph' aux VC

Business
Par Arthur Le Denn - 17H15mercredi 02 décembre 2020
Next

Miser sur l’investissement corporate : les clés pour bien réussir

Finance
Par Maddyness, avec EDF - 07H00mardi 01 décembre 2020
Next

Quand EDF rencontre PowerUp : le binôme qui fait mouche

Finance
Par Maddyness, avec EDF - 07H00mardi 01 décembre 2020
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
Maddyplay
Newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge