21 janvier 2021
21 janvier 2021
Temps de lecture : 3 minutes
3 min
6805

La French Tech aidera 200 entrepreneurs sous-représentés en 2021

C’est dans les locaux de l’incubateur Singa que les ministres Cédric O, Elisabeth Moreno et Nadia Haï ont lancé la phase d’incubation du programme French Tech Tremplin, dédié aux entrepreneurs issus de milieux défavorisés.
Temps de lecture : 3 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Légende photo :
@MINEFI

Lancé en 2019, le programme French Tech Tremplin continue ses efforts pour diversifier le milieu de la tech dans l’Hexagone. Celui-ci accompagne des personnes issues de milieux défavorisés, sous-représentées dans l’écosystème français, pour développer leur projet entrepreneurial. Cette année, 200 lauréats - contre 145 l’an dernier - seront incubés dans une des 160 structures partenaires du projet, et recevront une bourse de 30 000 euros chacun. Leur point commun ? Tou·te·s doivent être bénéficiaires des minima sociaux, boursiers de l’enseignement supérieur, réfugiés ou résidents en quartier prioritaire de la ville (QPV). 

"Le French Tech Tremplin est le plus gros programme en terme de budget pour la French Tech" , a expliqué Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la transition numérique, à l'occasion de la présentation du dispositif dans l’incubateur partenaire Singa, spécialisé dans l’accompagnement d’entrepreneurs réfugiés. "Le numérique dessine le visage de l’économie de demain, et nous devons faire en sorte qu’elle ne soit pas composée que d’hommes blancs de moins de 40 ans" , a-t-il poursuivi, en rappelant que le vaccin Pfizer a par exemple été créé par deux immigrés turcs en Allemagne. "Il ne faut jamais gaspiller une bonne crise, disait Churchill. La crise est là, un monde s’éteint, mais pleins d’opportunités business et entrepreneuriales naissent, c’est le moment de se lancer !"

40% de femmes dans le programme 

"40% des personnes accompagnées dans le programme sont des femmes" , a ajouté Elisabeth Moreno, ministre chargée de l’égalité femmes-hommes. "C’est une bonne nouvelle quand on sait que seules 12% des startups en France sont créées par des femmes" , s'est réjouit celle qui a été directrice chez HP, Dell et Lenovo. "Il faut que les femmes, les personnes en situation de handicap et sous représentées innovent pour que les outils numériques, qui rythment nos vies, ne soient pas misogynes, racistes ou validistes" . 

Des startups comme Handy Catch, application de recherche d’emploi par géolocalisation, Abaja, dispositif de formation pour personnes ne parlant pas français aux métiers en tension (maraichage, restauration, BTP), ou Yaza, qui développe un robot de trading permettant au grand public de faire fructifier des capitaux investis, rejoignent l’aventure French Tech Tremplin.

Taïg Khris, le triple champion de roller et membre de la French Tech Grand Paris en charge de la diversité, se réjouit de cette initiative. "Je suis arrivé en France à 5 ans, avec une mère grecque et un père algérien. Je n’ai jamais été scolarisé, mais suis devenu très jeune débrouillard en enchainant les métiers de crêpier  magicien, sportif et même entrepreneur" , explique ce dernier.

"Ma boîte, Onoff Telecom, est aujourd’hui rentable et compte 60 personnes. Ce tremplin est génial, il permet à de nouveaux profils d’intégrer des connaissances fondamentales sur comment créer une équipe, un business plan etc. Et c’est grâce à cela que les investisseurs nous écoutent. Cette initiative donne leur place à des gens faits dans un autre moule, issus de la diversité, et apporte une ouverture d’esprit, des idées nouvelles et des projets différents pour créer des géants français et européens" .