Actus
Temps de lecture : 05'47''
11 février 2021

Découvrez les profils qui composent le nouveau Conseil national du numérique

Le Conseil national du numérique (CNNum) a dressé ce jeudi 11 février 2021 les grandes lignes de ses missions et présenté la liste de ses nouveaux membres.

Si l’agenda du Conseil national du numérique (CNNum), présenté ce jeudi 11 février 2021 à l’occasion d’une conférence de presse, n’est pas encore clairement défini, la liste de ses nouveaux membres a été rendue publique. « Nous ne voulons plus appréhender le numérique comme un sujet technique, mais comme un sujet de société » , a expliqué Gilles Babinet qui, aux côtés de Françoise Mercadal-Delassalles, succède à Salwa Toko à la présidence. En témoigne sa nouvelle équipe, composée de profils divers et maintenant dotée d’académiques ainsi que de scientifiques. Un ajustement par rapport au conseil précédent, davantage composé de professionnel·le·s de terrain.

« C’est à travers cette discussion entre des horizons différents, très fortement marqués par la présence de profils académiques, que nous pouvons penser la transformation numérique. C’est la philosophie qui a porté la nouvelle composition du conseil » , a précisé Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. Maddyness détaille la liste complète de la nouvelle promotion, réduite par rapport à la précédente : elle est composée de 21 membres, contre une trentaine précédemment.

Co-présidence

  • Gilles Babinet : entrepreneur et auteur de livres de réflexion autour du numérique, il est également professeur à Sciences Po Paris. Il a déjà occupé des mandats de présidence au CNNum par le passé et a été nommé « digital champion » de la France auprès de la Commission européenne. 
  • Françoise Mercadal-Delasalles : directrice générale du Crédit du Nord depuis mars 2018, elle est aussi passée par la direction des ressources et de l’innovation de la Société générale, au sein de laquelle elle pilotait le projet de transition numérique du groupe. Déjà membre du CNNum, elle en devient co-présidente, en parallèle de son rôle au conseil d’administration de l’Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique).

Secrétariat général 

  • Jean Cattan : conseiller du président de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) entre 2017 et 2020, il enseigne aussi le droit de la régulation et du numérique depuis 2008 dans des établissements d’enseignement supérieur comme l’Ena et Sciences Po.
  • Vincent Toubiana : secrétaire général adjoint du CNNum depuis 2019, il a aussi contribué aux travaux de l’Arcep sur la neutralité des terminaux ainsi qu’aux cycles de réflexion sur les réseaux du futur. De 2013 à 2017, il était ingénieur à la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés).

Membres ordinaires

  • Anne Alombert : enseignante-chercheuse au sein de la chaire « éthique, technologie et transhumanismes » à l’université catholique de Lille, ses recherches portent sur les relations entre savoirs et techniques, ainsi que sur les enjeux anthropologiques des transformations technologiques contemporaines.
  • Adrien Basdevant : avocat et fondateur d’un cabinet dédié à l’innovation, aux données et à la société. Il est aussi le créateur du média en ligne Coupdata autour de la défense des libertés à l’ère du numérique.
  • Justine Cassell : linguiste et psychologue, elle travaille sur les interactions entre humains et machines au sein de l’institut de recherche interdisciplinaire en intelligence artificielle PRAIRIE. Elle est directrice de recherche à l’Inria et détient une chaire en technologies du langage а la faculté d’informatique de l’université Carnegie-Mellon (États-Unis).
  • Patrick Chaize : sénateur de l’Ain depuis 2014, il est membre du CNNum depuis 2019. Au Sénat, il est président du groupe d’études numériques, créé en 2018.
  • Gilles Dowek : informaticien et logicien, il est chercheur à l’Inria et professeur à l’École normale supérieure (ENS) de Paris Saclay. Il a aussi été consultant pour un laboratoire de la Nasa.
  • Martine Filleul : titulaire d’une maîtrise de lettres modernes et d’un DEA en sociologie urbaine, elle siège sur les bancs des socialistes et est membre de la commission du Développement durable et aménagement du territoire ainsi que de la délégation aux Droits des femmes et а l’Égalité des chances.
  • Elisabeth Grosdhomme Lulin : diplômée de l’ENS, de Sciences Po Paris, de l’Ena et agrégée de lettres modernes, elle dirige la société d’études et de conseil Paradigmes et caetera, consacrée à la prospective et l’innovation. Avant cela, elle a travaillé à l’inspection générale des finances ainsi qu’au cabinet des Premiers ministres Édouard Balladur et Alain Juppé.
  • Rahaf Harfoush : anthropologue du numérique et consultante en stratégie, elle est aussi directrice exécutive du Red Thread Institute of Digital Culture et enseigne sur les « Innovation & Emerging Business Models » à l’école de management et d’innovation de Sciences Po Paris.
  • Tatiana Jama : entrepreneuse ayant revendu sa première société à Amazon, elle dirige la startup Levia.ai, spécialisée dans la création d’outils d’IA conversationnels. Ancienne avocate et diplômée de HEC, elle a aussi lancé l’incubateur 50 Partners, a été au board du Galion Project et a co-fondé le collectif Sista en 2019 pour réduire les inégalités de financement entre femmes et hommes entrepreneurs.
  • Olga Kokshagina : chercheuse en management de l’innovation au sein de la Graduate School of Business and Law, l’Institut royal de technologie de Melbourne (RMIT), elle est également chercheuse associée au Centre de Gestion scientifique de l’université de recherche PSL de Mines ParisTech.
  • Alexandre Lacroix : écrivain et directeur de la rédaction de Philosophie Magazine, il enseigne les humanités politiques et l’écriture créative à Sciences Po Paris. Il est président et co-fondateur de l’école d’écriture « Les Mots » et dirige par ailleurs la collection « Les Grands Mots » aux éditions Autrement.
  • Constance Le Grip : députée des Hauts-de-Seine depuis 2017, elle a aussi été conseillère technique au cabinet du ministère de l’Intérieur en 2002, puis а la présidence de la République en 2007. Elle a aussi été membre du Parlement européen entre 2010 et 2017. Depuis 2019, elle est membre du CNNum, après sa désignation par le président de l’Assemblée nationale.
  • Jean-Pierre Mignard : docteur en droit pénal, il est le fondateur du cabinet Lysias. Il a été le conseiller de nombreux États à l’occasion de conflits frontaliers, mais aussi de négociations de concessions pétrolières. Il est l’avocat d’un grand nombre de parlementaires, d’élus et de personnalités ayant occupé des fonctions ministérielles.
  • Jean-Michel Mis : député de la deuxième circonscription de la Loire depuis 2017, il est membre du CNNum depuis 2019. En tant que membre de la commission des Lois, il a rédigé à l’Assemblée nationale plusieurs rapports, consacrés а l’identité numérique, au renseignement et à la blockchain.
  • Dominique Pasquier : directrice de recherche émérite au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), cette docteure en sociologie est aussi membre du Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS) de l’université de Paris. Ses recherches portent sur la sociologie de la culture.
  • Eric Salobir : prêtre catholique et fondateur du réseau OPTIC qui vise à promouvoir le développement des technologies au service de l’humain et du bien commun, il est aussi président du comité exécutif de la Human Technology Foundation. Consultant auprès du Saint-Siège pour les médias et les technologies, il a contribué а la réorganisation des médias du Vatican et a co-fondé la startup Retraite dans la ville.
  • Serge Tisseron : psychiatre, docteur en psychologie avec l’habilitation à diriger les recherches (HDR), il est aussi membre de l’Académie des technologies et du conseil scientifique du centre de recherches psychanalyse médecine et société (CRPMS) de l’université de Paris-Diderot. Ses travaux portent notamment sur la résilience et la relation aux écrans, en particulier des jeunes publics.
  • Joëlle Toledano : professeure émérite en économie, associée à la Chaire « Gouvernance et Régulation » de l’université Paris-Dauphine et membre de l’Académie des Technologies, elle est membre du conseil d’administration de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) et de startups du numérique.
  • Jean-Marc Vittori : journaliste économique, il est éditorialiste et chroniqueur aux Échos depuis 2003.