écrit le 3 mars 2021, MÀJ le 2 juin 2023
3 mars 2021
Temps de lecture : 3 minutes
3 min
6436

Parité : les timides progrès de la tech française

Dans leur dernier baromètre annuel, Sista et le Boston Consulting Group dévoilent quelques signaux encourageants pour l’accès au financement des femmes dirigeantes de startups… Mais le chemin reste encore long.
ÉCOUTER L’ARTICLE
Temps de lecture : 3 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Légende photo :
Photo by Hannah Busing on Unsplash

"Le changement prend du temps, c’est Michelle Obama qui le dit, plaisantait Déborah Loye, CEO de Sista, un collectif engagé dans la réduction des inégalités entre femmes et hommes dans la tech. à l'occasion d'un échange avec Maddyness il y a quelques semaines. La prise de conscience du sexisme s’est accélérée avec le mouvement #MeToo, mais c’est un travail de fourmi. Il reste encore du boulot" . En témoignent les résultats du dernier baromètre Boston Consulting Group et Sista, en partenariat avec le Conseil national du numérique (CNNum). Ce dernier révèle en effet qu’encore plus de 90% des fonds levés en 2020 sont destinés à des équipes 100% masculines. Les chiffres de cette étude sont extraits de la base de données Crunchbase sur les startups créées et financées en 2019 et 2020, ainsi que des réponses de 41 fonds signataires de la charte Sista.

© Sista x BCG

En 2020, 21% des créations de startups étaient menées par des femmes ou des équipes mixtes, un chiffre encore faible, mais encourageant, puisqu’il n’atteignait que 17% en 2019. Autre progrès : l’écart entre les fonds moyens levés entre les équipes masculines et féminines se réduit. Cela est surtout notable dans les premiers tours de financement (seed, Série A) l’accès aux séries ultérieures (séries B à F) restant encore très marginal pour les entrepreneuses.

Si les équipes entièrement féminines restent encore en berne quant à l’accès au financement, la principale progression notée sur 2020 concerne une légère augmentation de la mixité au sein des équipes fondatrices. "Les investisseurs doivent prendre conscience du vivier essentiel que représentent les startups fondées ou co-fondées par des femmes. Elles rapportent 2,5 fois plus que celles fondées exclusivement par des hommes !" , détaille Jessica Apotheker, directrice associée au Boston Consulting Group.

Dans son baromètre, Sista insiste aussi sur le renforcement de l’engagement des fonds pour faire bouger ces lignes. En effet, 56 fonds ont par exemple signé la Charte Sista, créée en 2019, pour s’engager dans ce changement de paradigme et promouvoir la parité. Par cette action, ils s’obligent à mesurer la place du genre dans leur deal flow et à faire rayonner les bonnes pratiques dans l’écosystème. Cette démarche sous-tend également une action en interne en matière de recrutement, qui a permis de faire grimper à 35% la part des femmes au sein des équipes d’investissement en 2020. Et, si ce rythme se poursuit, la parité parmi les VC serait atteinte en 2027. Une perspective à relativiser puisqu’encore près de la moitié des fonds ne compte aucune femme partner.

"L’accès au financement est le talon d’Achille du milieu et très peu de talents de la diversité arrivent à lever des fonds, confirme Anthony Babkine, cofondateur et président de Diversidays. Il faut faire évoluer ces pratiques, et vite, d’autant que le gâchis est énorme" . Une vision partagée par Caroline Ramade, fondatrice et CEO de la plateforme 50inTech, qui insiste : "On est très en retard et il faut d’urgence accélérer le nombre de femmes présentes dans cette industrie. Tant qu’elles sont minoritaires dans un fonds d’investissement, elles choisiront comme les hommes, se conformeront à la thèse environnante" .