24 mars 2021
24 mars 2021
Temps de lecture : 3 minutes
3 min
10370

Olivier Mathiot devient directeur général du fonds 2050 créé par Marie Ekeland

À la tête de France Digitale en 2012, Olivier Mathiot était alors secondé par Marie Ekeland. L’investisseuse, qui a créé 2050 pour financer des projets à impact, le recrute à son tour en tant que directeur général de son fonds, qui ambitionne d'investir un milliard d’euros d’ici à 2030. Le co-fondateur de PriceMinister sera chargé d'organiser le véhicule.
Temps de lecture : 3 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.

2050 prend du galon. Le véhicule d’investissement, fondé fin 2020 par Marie Ekeland pour financer des projets à impact (santé, éducation, habitat, transport et assurance), est rejoint par un expert du capital-risque : Olivier Mathiot. Diverses expériences au sein de l’exécutif d’entreprises telles que PriceMinister – qu’il a co-fondée – et Rakuten ont conduit l’homme d’affaires à occuper un rôle central au sein de l’écosystème tech français. Il a notamment présidé France Digitale, l’association chargée de fédérer ce dernier, à partir de 2012 aux côtés de Marie Ekeland. À travers ces retrouvailles, les deux investisseurs disent vouloir "répondre aux préoccupations de chacun concernant le futur des prochaines générations".

Combler un "manque" en France

Au-delà de qualités entrepreneuriales, Olivier Mathiot fait état d’un historique long comme le bras en matière d’investissements. Parmi ses cibles, des scaleups telles que Cubyn – qui a bouclé une série C à hauteur de 35 millions d’euros la semaine dernière. Au total, ce sont "plus de 40 sociétés de la FoodTech, la FinTech, l’e-commerce ainsi que la mobilité" qui ont été soutenues par le business angel. Resté membre du conseil d’administration et vice-président de France Digitale depuis 2017, date à laquelle il a quitté la présidence de l’association, Olivier Mathiot a largement recentré ses efforts sur la Tech4Good. Il conseille les entrepreneur·euse·s et sociétés de capital-risque qui s’inscrivent dans ce mouvement.

L’homme d’affaires est président non-exécutif de TheCamp, un centre d’innovation basé à Aix-en-Provence, depuis la mi-2018. Une mission qui l’encourage à réfléchir le monde de demain, à l’image de 2050. C’est pourquoi il affirme que son arrivée dans le fonds porté par Marie Ekeland "est une évidence dans [son] parcours personnel" . Olivier Mathiot juge que "le secteur financier a du mal à penser long terme et tend souvent à désaligner, sous la pression du court terme, non seulement les intérêts des entrepreneurs et investisseurs, mais aussi ceux des entreprises et de leurs clients, des citoyens et de la planète" . Celui qui avance que 2050 comble un "manque" dans le paysage français des véhicules d’investissement assure que "les meilleurs entrepreneurs sont convaincus que le moment d’agir et de changer de paradigme est venu" . Il devra fixer le cap du jeune fonds.

"Nous avons démontré que nous fonctionnons très bien ensemble au travers du succès de France Digitale, juge Marie Ekeland, qui précise qu’Olivier Mathiot aidera à "organiser la scalabilité" du modèle de 2050. Son expérience entrepreneuriale et son expertise de serial business angel feront toute la différence" . Insistant sur "la curiosité, l’énergie et la vision" du co-fondateur de PriceMinister, l'investisseuse rappelle aussi que "2050 s’inscrit dans la durée" . "Notre mission est de concevoir l’investissement comme fertile" , argue-t-elle ainsi. De quoi remettre la spécificité de la structure sur le devant de la scène, puisqu’il s’agit d’un fonds d’investissement "evergreen" – qui, à l’inverse des fonds classiques, ne limite pas les durées d’investissement dans le temps. Pour mémoire, 2050 prévoit de lever "entre 100 et 150 millions d’euros par an, afin d’investir plus d’un milliard d’euros d’ici à 2030". Son premier investissement connu a eu lieu dans Withings.