28 avril 2021
28 avril 2021
Temps de lecture : 5 minutes
5 min
8407

Sweep s'attaque à la transition énergétique des grands groupes avec le soutien de figures de la Tech

En décembre dernier, Emmanuel Macron appelait à la création d’un Yuka du carbone pour l’alimentation. Sweep propose une solution capable de calculer les émissions de carbone internes et externes des entreprises afin qu’elles puissent identifier les actions à mettre en œuvre pour les réduire. Elle vient de lever 4 millions d'euros.
ÉCOUTER L’ARTICLE
Temps de lecture : 5 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Légende photo :
Crédit : Sweep

L’heure n’est plus aux tergiversations mais bien à l’action pour lutter contre le réchauffement climatique. Mercredi 21 avril 2021, les États de l'Union européenne se sont accordés pour réduire de 55% leurs émissions de CO2 d’ici à 2030. Un objectif ambitieux qui nécessitera l’implication de tous les acteurs - publics comme privés. Pour aider les entreprises à réussir cette transition, Rachel Delacour, Nicolas Raspal - fondateurs de Bime Analytics rachetée 45 millions de dollars par Zendesk en 2015, accompagnés par Yannick Chaze et Raphaël Gueller, ont développé Sweep - un logiciel Saas capable d’analyser les émissions de carbone générées par chaque secteur d’activité des sociétés.

Convaincus de son potentiel de développement, plusieurs fonds - New Wave (soutenu par Xavier Niel et Peter Fenton), 2050 ou encore la Famiglia, fonds berlinois, ainsi que des entrepreneurs basés à San Francisco - Nicolas Dessaigne (Algolia) et Adrian McDermott (CTO Zendesk) - viennent d’y investir 5 millions de dollars (4,1 millions d’euros). 

Une vision globale des émissions de carbone

"Aujourd’hui, les entreprises n’ont plus le choix de faire leur part, révèle Rachel Delacour, mais elles ont parfois des difficultés à vraiment agir car elles ne savent pas par quel axe commencer" . Avant de se lancer dans cette bataille, il faut qu’elles déterminent au préalable le taux d’émissions de carbone qu’elles génèrent en ciblant les secteurs d’activité séparément. C’est là que souhaite intervenir Sweep et son logiciel doté d’une double fonctionnalité : Sweep Tree et Sweep Connect. Sweep Tree permet, dans un premier de temps de découper en branches son entreprise pour visualiser tous les pôles et secteurs à analyser, internes mais aussi externes avec les fournisseurs, les logisticiens...

Pour être vraiment efficace dans ce type d’analyse, "il faut aborder toute la chaîne de valeur de l’entreprise et ne pas se limiter à l’échelle d’un périmètre d'émissions directes et du siège social. Il est essentiel d’avoir un effet levier en embarquant les partenaires, les fournisseurs et les acteurs de la supply chain" , insiste la co-fondatrice. C’est ce que va permettre Sweep Connect en facilitant la connexion et le transfert de données entre tous ces acteurs. Les fournisseurs et les logisticiens peuvent ainsi partager les données d’émissions qu’ils souhaitent, avec un choix sur les règles de partage, avec leurs clients. Ce qui permet à chaque entreprise d’avoir une évaluation complète et juste de ses émissions dans un périmètre élevé, détaille la startup. 

Une analyse précise des émissions 

Pour effectuer une évaluation au plus juste des émissions de carbone, les fondateurs de Sweep, spécialistes de la data analyse et du design, ont intégré Renaud Bettin, un expert de la stratégie carbone des entreprises, qui a cofondé Net Zero Initiative chez Carbone 4. "Nous avons des années d'expérience dans l’analyse de données et de stratégie carbone" , souligne Rachel Delacour. 

En réalité Sweep va faire participer toute l’entreprise à cette évaluation. Cette responsabilité peut être allouée à la seule équipe chargée des données ou au responsable de chaque pôle par exemple. Pour chaque typologie d’activités, la personne chargée de l’évaluation va devoir déterminer le type de données analysées. Le catalogue intégré dans le logiciel Sweep permet de trouver les émissions carbone relatives à chaque activité. Il suffit ensuite de multiplier les données physiques par le facteur d’émissions propres à l’activité pour obtenir un équivalent en tonne CO2. Ce catalogue des facteurs d’émissions a été construit à partir de donnés publiques (Base carbone de l'Ademe ou Defra/UK) ou privées.

"Si des entreprises ont déjà fait appel à des experts pour analyser avec précision le facteur d’émissions d’une activité, ces données peuvent être intégrées à Sweep de manière automatique et utilisées pour effectuer le calcul final en fonction des volumes" , poursuit Rachel Delacour. 

En intégrant les salariés dans cette évaluation, la startup souhaite faire de la réduction des émissions de CO2 un projet collectif. Si la collecte d’informations est manuelle, Sweep fonctionne avec un système d’API. 

Agir sur les postes les plus générateurs 

Cette cartographie interne et externe des émissions de CO2 offre ensuite la possibilité à l'entreprise de travailler sur des dispositions pour les réduire au maximum. "Les entreprises ne peuvent pas toujours s’attaquer à tous les pôles en même temps. Il est alors intéressant de cibler les activités les plus intensives en carbone" , estime Rachel Delacour. Libre alors aux entreprises de choisir parmi la kyrielle de solutions développées au cours des dernières années sur cet enjeu. La co-fondatrice regrette néanmoins que "les règles de la finance carbone n'aient pas évolué en même temps que les technologies. Des solutions existent mais les financements ne sont malheureusement pas fléchés vers elles" 

En parallèle, Sweep propose également une marketplace qui permet de compenser et de séquestrer une partie de ses émissions de CO2. "Nous proposons aux sociétés d'acheter des crédits carbone à des projets certifiés ou non certifiés - mais ayant été drastiquement sélectionnés par nos experts qui s'assurent qu'ils répondent aux exigences de qualité. Il faut aller vite sur ce sujet car le système de compensation carbone exclut les petits projets pour le moment" , regrette l’entrepreneuse. Pour simplifier au maximum cette démarche de compensation, celle-ci peut s'effectuer de manière automatique : l’allocation de crédits se fait en fonction du tonnage de CO2 émis et des projets que l'entreprise souhaite soutenir. 

Sweep propose trois plans en fonction des besoins et de la taille de l’entreprise avec un abonnement mensuel débutant autour des 250 euros. Plusieurs industriels, distributeurs et une entreprise de logistique font déjà appel à elle. Et grâce à sa levée de 5 millions de dollars, elle souhaite développer son portefeuille de clients en France comme à l’international. La solution s’adressant davantage aux entreprises complexes possédant des filiales dans le monde, elle est uniquement disponible en anglais.