Actus
Temps de lecture : 02'03''
6 octobre 2021

Emmanuel Macron promet des milliards pour bâtir les TGV et Ariane de demain

Emmanuel Macron présentera le 12 octobre à l'Elysée le plan "France 2030" , un plan d'investissement de plusieurs dizaines de milliards d'euros fléchés vers "une dizaine de secteurs d'avenir" , de l'hydrogène vert aux batteries, en passant par les petits réacteurs nucléaires modulaires.

De l’ordre de 30 à 50 milliards d’euros, selon des sources gouvernementales, le plan France 2030, construit sur 8 à 10 ans, vise à « retrouver le chemin de l’indépendance française et européenne sur des industries et des compétences d’avenir » , souligne l’entourage d’Emmanuel Macron. Objectif : bâtir les Ariane et les TGV de demain. Il s’ajoutera au plan de relance post-Covid de 100 milliards d’euros, qui porte sur des mesures davantage à court terme et vise également à transformer des startups en « entreprises qui valent 50 milliards d’euros« soulignait à l’époque le secrétaire d’Etat au numérique, Cédric O.

Energie, environnement et agriculture concernés

France 2030 visera à « construire des acteurs technologiques de demain, dans le numérique, dans l’hydrogène, dans les batteries, dans l’espace, dans la santé et la culture aussi » , avait expliqué Emmanuel Macron fin septembre, dans une vidéo adressée aux startups de la French Tech, réunies à Bercy. Dévoilée dans la presse, la mise sur les rails des petits réacteurs nucléaires modulaires, dits SMR (« small modular reactors »), plus faciles à construire que les grandes centrales, est ainsi confirmée. Destinés à renouveler le parc nucléaire, ils bénéficient d’ailleurs déjà d’un financement dans le plan de relance post-Covid.

« Avec une enveloppe de 50 millions d’euros, le plan de relance investi sur deux ans dans la réalisation d’un avant-projet sommaire et engage ainsi la France dans la compétition mondiale sur les SMR. Il nous faut rapidement rattraper le retard, considérer aussi toutes les options de partenariat envisageables et nous positionner sur ce segment » , avait annoncé le chef de l’Etat au Creusot dès décembre 2020. Parmi les secteurs visés figurent aussi les voitures intelligentes, l’intelligence artificielle ou encore les nouvelles technologies agricoles et environnementales. Ce plan comprendra un volet compétences et métiers afin d’assurer la transmission des savoirs et l’engagement des jeunes.

La question de la construction de réacteurs EPR, ne devrait en revanche pas figurer dans ce plan. Mais le gouvernement, qui envisage la construction de 6 nouveaux réacteurs EPR en France, pourrait prendre sa décision avant même la fin du chantier de la centrale de Flamanville (Manche), a indiqué vendredi la ministre déléguée à l’Industrie Agnès Pannier-Runacher, donc plus tôt de ce qui était prévu jusqu’à présent. Le plan « France 2030 » fait partie des mesures annoncées par le chef de l’Etat le 12 juillet, avec également un « revenu d’engagement » pour les jeunes sans emploi ou formation, qui pourrait être annoncé dans les semaines qui viennent.