écrit le 7 février 2022, MÀJ le 23 mai 2023
7 février 2022
Temps de lecture : 3 minutes
3 min
17106

Le géant du commerce United.b prend le contrôle de la startup Recommerce

United.b, un consortium d’industriels réunissant des enseignes telles que Boulanger et Electro Dépôt, a pris une participation majoritaire au capital du spécialiste du reconditionnement Recommerce.
ÉCOUTER L’ARTICLE
Temps de lecture : 3 minutes

Il y a du mouvement au sein du capital du Recommerce, entreprise créée en 2009 et pionnière du secteur du reconditionnement en France. À l’occasion d’une série D, dont le montant n’a pas été dévoilé, la société fait sortir le fonds Capza, entré en 2018, pour accueillir United.b, qui réunit un consortium d’industriels, parmi lesquels on compte notamment les enseignes Boulanger, Electro Dépôt, Hifi International ou encore Krefel. 

Menée par le United.b, qui devient majoritaire, l’opération est également soutenue par Bouygues Telecom et Creadev, actionnaires déjà présents lors de précédents tours de table. "Nous aurions pu nous introduire en Bourse, ou lever encore des fonds auprès de grands investisseurs internationaux, explique Pierre-Etienne Roinat, président et co-fondateur de Recommerce, aux Echos. Nous avons préféré nous inscrire dans l'économie réelle. United.b réalise 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires et compte 15 000 employés. À terme, 30 % de leur activité sera liée à l'économie circulaire. Ils comptent sur nous pour accélérer."

Sécuriser l’approvisionnement

Annoncée quatre ans après sa dernière levée de fonds de 50 millions d’euros, en 2018, cette série D intervient également après que la société a racheté, l’année dernière, Fenix.eco et Deal Certify, deux de ses homologues, respectivement experts du reconditionnement de smartphones en Europe de l’Est et du contrôle technique de smartphones. Le but était alors de "développer son modèle à travers toute l’Europe et ainsi accroître son leadership européen en tant que plateforme de solutions permettant la reprise et la revente de produits high-tech reconditionnés".

Depuis 2009, Recommerce affirme avoir reconditionné plus de 4 millions d’équipements électroniques, principalement des smartphones. Grâce à ce mouvement, l’entreprise s’ouvre maintenant de nouvelles voies pour récupérer du matériel à reconditionner, problématique qui constitue l’un des grands enjeux de ce secteur. Or, les points de collecte de smartphones, ordinateurs, consoles de jeux et tablettes de Boulanger vont maintenant pouvoir être reconduits directement aux services de Recommerce, qui sécurisera ainsi un approvisionnement continu de produits à remettre à neuf.

100 millions d’euros de chiffre d’affaires

Ce tour de table ajoute ainsi une nouvelle perspective pour Recommerce : celle de reconditionner des produits plus divers sur des marchés plus nombreux. "En réalisant cet adossement à des entreprises françaises majeures, nous maintenons une dynamique industrielle pour permettre à tout commerçant de devenir un re-commerçant et rendre l’ensemble de sa chaîne de valeur plus circulaire et ainsi plus respectueuse de notre environnement et de notre société" , explique Pierre-Etienne Roinat, président et co-fondateur de Recommerce, par voie de communiqué.

Si jusqu’alors l’entreprise concentrait son savoir-faire sur les smartphones, son rapprochement avec un consortium d’industriels et de commerçants dans l’électronique et l’électrodomestique lui permet d’élargir son champ de reconditionnement à des produits aussi divers que les perceuses, les montres connectées et les appareils électroménagers. Avec 130 salariés dans huit pays, Recommerce a déjà franchi les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires, et se donne pour ambition de multiplier ce chiffre par cinq d’ici à 2025.

Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Les + lus