écrit le 3 juillet 2024
3 juillet 2024
Temps de lecture : 7 minutes
7 min
25119

Jeux Olympiques 2024 : ces 5 startups qui vont profiter du boom des JO de Paris

Pour un déroulement optimal des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, les partenaires officiels sont appuyés par une multitude de startups qui souhaitent profiter de l’aura de l’événement pour valoriser leurs produits et services. En sous-traitance, en complémentarité et en soutien aux grandes entreprises partenaires des JO, ces startups sont impliquées dans une multitude de domaines : transports, logement, billetterie, cybersécurité, restauration, pratique sportive...
Temps de lecture : 7 minutes

Wintics : de la vidéosurveillance sans reconnaissance faciale

Lancé en 2017, le logiciel Wintics a déjà remporté deux appels d’offres du ministère de l’Intérieur pour les collectivités et dans les transports afin de « transformer des vidéos en données statistiques », précise Matthias Houllier, CEO de Wintics, citant l'exemple du comptage de vélos sur des pistes cyclables. Avec les JO, la finalité va être nouvelle, mais la technologie elle, existe déjà, est fiable et certifiée par le Cerema. Cette solution logicielle passe en effet dans une autre dimension : elle pourra désormais envoyer des alertes en temps réel aux opérateurs de sécurité, si des seuils et des normes prédéfinis sont dépassés.

« Wintics s'appuie sur sa capacité à détecter précisément tout ce qui est présent dans un espace public : une personne, un objet, une situation pour ensuite pouvoir donner une alerte aux opérateurs de vidéo-protection en cas de seuil dépassé », poursuit le cofondateur de Wintics qui précise que huit types d’événements sont concernés : le non-respect du sens de circulation, le franchissement d’une zone interdite, la présence ou l’utilisation d’une arme, un départ de feu, un mouvement de foule, une personne au sol, une densité trop importante et un colis abandonné.

En savoir plus sur Wintics

Sport Heroes : en soutien de Paris 2024 pour le « Marathon pour tous »

Sport Heroes est surtout connue pour son application United Heroes dédiée aux entreprises (plus de 350 l'utilisent, sous le nom de United Heroes ou en nom propre comme comme Danone, Toyota, EDF, Orange...). L'implication pour les JO de la startup remonte à 2016, quand Paris candidatait. Avec cette idée d'inciter le plus grand nombre à la pratique sportive. « Le COJO (Comité d'organisation des JO, ndlr) voulait créer de l'engouement populaire pour le sport et la candidature, et a fait appel à nous pour créer des challenges digitaux. En faisant du sport, les utilisateurs apportaient leur soutien à la candidature de Paris », explique Paul-Emile Saab, le CEO de SportHeroes. « Cela a créé une relation de confiance et quand Paris a ensuite gagné la candidature, nous avons remporté un appel d'offres. »

Concrètement, Sport Heroes collabore sur deux volets. « Pour le Club Paris 2024, nous sommes la brique de tracking des activités sportives, laquelle contribue à un programme de fidélité digitale géré par Paris 2024 qui va associer à ces activités des points de fidélité pour participer à des événements. »

L'autre volet est le « Marathon pour tous », créé par Paris 2024. Lancée dès 2022, l'appli avait pour vocation de contribuer à faire gagner 20.024 dossards, lesquels ont tous été attribués au 1er janvier 2024. « Pour les heureux gagnants, l'appli “Marathon pour tous” sert à les accompagner dans leur entraînement. Et ceux qui n'ont pas eu de dossard pourront participer à cette course du 10 août virtuellement car l'appli proposera une version parallèle et connectée, conçue notamment avec la startup Kinomap qui a enregistré le parcours réel de la course », précise Paul-Emile Saab. Utilisable par tous et fonctionnant avec tout type de montre connectée ou d'application sportive, l'application « Marathon pour tous » permet ainsi de créer une communauté internationale et de fédérer le plus grand nombre autour de ce grand événement.

En savoir plus sur Sport Heroes

Inpulse : l'IA prédictive au service de la Foodtech

Lancée en 2018, Inpulse est une startup de la Foodtech, basée sur l'IA prédictive afin de gérer au mieux les stocks et les commandes des restaurateurs. Avec un portefeuille de 200 enseignes leader dans la restauration (Columbus Café, Pitaya, Côté Sushi, Basilic&Co...), soit plus de 2.000 points de vente, Inpulse est une solution à ce jour unique en France. Pour les JO, avec 15 millions de visiteurs attendus, le défi va être de taille pour les restaurateurs, confrontés à un pic d’activité et à une gestion logistique sans précédent.

« Cela fait 6 ans que nous développons l’intelligence artificielle d’Inpulse pour prévoir avec précision les ventes des restaurateurs, en tenant compte des facteurs externes qui influent sur leur chiffre d’affaires. Nous les aidons à optimiser leurs stocks et à anticiper efficacement leurs besoins en personnel, afin de faire face aux J0 avec succès », explique Brice Konda, CEO d'Inpulse, qu'il a cofondée avec Valentin Pignolet. Livraisons, planification des commandes, gestion des stocks (pour éviter la rupture comme le gâchis) : grâce à sa solution IA spécialisée dans l’automatisation des commandes, le logiciel SaaS d'Inpulse aide à optimiser le coût matière, à prédire les ventes et donc les commandes. Autant de facteurs qui assurent « une très bonne rentabilité car les restaurateurs gagnent entre 2 et 5 points de marge », précise Brice Konda.

Le principe ? « Notre outil est branché sur les données passées de vente des restaurateurs et les flux de données extérieures telles les données météorologiques, les flux de fréquentation de grands rendez-vous sportifs et les événements calendaires. Nous croisons ces données avec celles des clients (ventes et chiffres d'affaires) pour comprendre l'impact d'un événement extérieur sur les ventes passées et donc, de pouvoir anticiper celui des JO », poursuit le CEO d'Inpulse qui a déjà créé un flux d'événement JO directement dans l'application.

En savoir plus sur Inpulse

FlexLiving : l'alliée des propriétaires parisiens pendant et après les JO

Créée en 2021, FlexLiving est une startup de la Proptech spécialisée dans la gestion flexible et clé-en-main de logements dédiés aux entreprises et à leurs collaborateurs. Une solution intéressante pour les propriétaires parisiens puisque la durée minimale de location est d’un mois et « que les tarifs en corporate sont 20 % plus élevés qu'avec une clientèle classique », relève Caué Brioli, cofondateur de la startup. Avec un parc de 350 logements à Paris, il mise sur les JO pour proposer aux particuliers de maximiser le rendement de leur bien pendant, et plus encore, après les JO.

« Notre enjeu est d'inciter les propriétaires à louer leur bien dès maintenant aux entreprises via notre plateforme afin de générer jusqu'à 200 % de revenus supplémentaires pendant les JO. Et d'éviter le vide locatif après le 11 août grâce à notre cercle privé d'entreprises qui louent sur le long-terme », explique Caué Brioli. « Pendant les JO, on propose un contrat de gestion où Flexliving fait des travaux de rafraîchissement de l'appartement si nécessaire et gère l'appartement pour le compte du propriétaire. Nous définissons les meilleurs prix, diffusons l'appartement sur nos canaux et gérons les demandes de location des entreprises qui délocalisent à Paris leurs collaborateurs pendant la période. Après cet événement sportif, nos entreprises partenaires historiques louent sur le long terme les appartements, offrant stabilité et continuité aux propriétaires. »

En savoir plus sur Flexliving

Native Spaces : l'événementiel au service de la communication des marques

Spécialisée dans l'événementiel, Native Spaces, fondée en 2019 par Tanya Bencheva-Vigier, est une plateforme qui met à disposition des lieux atypiques et son riche réseau de partenaires (mixologie, DJ, service traiteur, photographe, régisseur, transport, location d’équipement...) pour un événement clé en main. Proposant ses services sur la Côte d'Azur, la startup s'est lancée sur le marché parisien il y a six mois, voulant saisir l'opportunité des JO pour son activité.

« Il y a une très forte demande en événementiel et depuis que nous développons notre activité sur Paris, nous rentrons entre 50 et 100 lieux chaque mois », souligne Tanya Bencheva-Vigier. Une aubaine pour les propriétaires et pour la startup qui remplit chaque jour un peu plus son carnet de commandes auprès de grands groupes nationaux et internationaux, de médias, de marques et de privés.

« La force de notre plateforme est de réunir toute la panoplie de services nécessaires, tant pour le client que pour le propriétaire des lieux. Du devis à la finalisation, le client peut organiser son événement en quelques clics. Pour le propriétaire, nous proposons la gestion des réservations, les contrats de location, les assurances et un paiement sécurisé », précise la CEO de Native Spaces, qui voit pour les marques et entreprises un intérêt évident d'organiser un événement pendant les JO. « Les marques doivent se différencier pour pouvoir profiter pleinement de cette visibilité. Certaines d'entre elles ont réservé des emplacements publicitaires dans Paris dès l'approbation de la candidature pour les JO. Organiser un événement leur permet d'avoir une autre option, et surtout, de capitaliser sur l'aura de l’événement pour créer une expérience inédite pour sa communauté, augmentant ainsi leur notoriété. »

En savoir plus sur Native Spaces
Maddynews
La newsletter qu'il vous faut pour ne rien rater de l'actualité des startups françaises !
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.