Retour en haut
Entrepreneurs

#Présidentielle2017 Les 5 mesures phares d’Emmanuel Macron en faveur des startups

#Présidentielle2017 : Les 5 mesures phares d’Emmanuel Macron en faveur des startups Crédit : AFP
par

Le nouveau président élu a fait campagne sur les thèmes du travail et de l’entrepreneuriat. Sans surprise, son programme comporte plusieurs mesures destinées à faciliter la vie des entrepreneurs et plus particulièrement des sociétés du numérique.

Soutenir l’investissement privé et baisser l’impôt sur les sociétés

Emmanuel Macron a annoncé toute une série de mesures pour encourager l’investissement dans l’économie réelle, par opposition à la pierre. “Nous baisserons l’impôt sur les sociétés de 33,3% à 25% pour rejoindre la moyenne européenne. Nous transformerons le CICE en allègements de charges pérennes, et l’ISF en «Impôt sur la Fortune Immobilière» sans accroître la fiscalité actuelle sur l’immobilier et les droits de succession, et sans taxer ce qui finance les entreprises et l’emploi. Nous créerons un prélèvement unique sur les revenus du capital, de l’ordre de 30%“, égrène-t-il dans son programme, dans la partie consacrée à “un nouveau modèle de croissance“.

Le droit à l’assurance-chômage pour les entrepreneurs

C’est l’un des points d’achoppement les plus importants en matière de création d’entreprise. Un entrepreneur est sans filet, puisqu’il n’a pas la possibilité de cotiser pour sa protection… mais se retrouve donc sans droit au chômage en cas d’échec. Dans son programme, Emmanuel Macron souhaite permettre “à tous les travailleurs d’avoir droit à l’assurance-chômage“. Un droit à l’échec qui devrait encourager la création d’entreprise.

Pole emploi

La suppression du RSI et la réduction des charges pour les indépendants

C’est la première mesure qui figure dans la partie de son programme consacrée à la libération du travail et l’esprit d’entreprise. “Nous réduirons leurs charges et supprimerons le Régime Social des Indépendants (RSI) qui ne fonctionne pas. Nous doublerons les plafonds pour pouvoir bénéficier du régime fiscal de la microentreprise“, promettait alors le candidat qui a remporté le verdict des urnes. Une bonne nouvelle pour les indépendants, de plus en plus nombreux à travailler pour des plateformes, et qui abhorrent le RSI.

La création d’un fonds pour l’innovation et l’ouverture des données

Le représentant d’En Marche! devenu La République en marche depuis son élection, a également prévu de créer un Fonds pour l’industrie et l’innovation. “Doté de 10 milliards d’euros issus des actions d’entreprises possédées de manière minoritaire par l’État, il servira à financer l’industrie du futur“, promet-il. En parallèle, il enjoindra “les administrations chargées d’autoriser des activités (l’ouverture d’un hôtel, ou l’obtention d’une licence de chauffeur privé…)” à mettre leurs données à disposition du grand public. “Face aux géants étrangers, des nouvelles startups pourront ainsi s’adresser par exemple à tous les hôteliers pour leur offrir de nouveaux services“, imagine le nouveau président.

Broken red lock security concept on a wall with blue padlocks in a row composed of a rectangle pattern

Un marché numérique commun à l’Union européenne

C’est l’un des axes de la campagne d’Emmanuel Macron : continuer l’intégration européenne. Au menu, “un marché unique du numérique en Europe”, qui passera par la création d’un fonds de capital-risque qui doit permettre de “financer le développement des startups européennes“. Une façon de répondre au manque de capitaux de ce côté de l’Atlantique, alors que certaines jeunes pousses américaines arrivent à conquérir des marchés, parfois déjà occupés par des startups européennes, grâce à un financement plus rapide et plus conséquent.