Retour en haut
Finance

#MakerSpace MakeICI lève 1,6 million d’euros pour démocratiser le “faire” et le Made in France

#MakerSpace : MakeICI lève 1,6 million d’euros pour démocratiser le “faire” et le Made in France
par

MakeICI, réseau de manufactures collaboratives et solidaires pour les entrepreneurs makers, annonce une levée d’1,6 million d’euros pour convertir de nouvelles villes à l’art du « faire ».

Le réseau MakeICI est né du succès d’ICI Montreuil, tiers-lieu d’innovation, d’expérimentation et d’expression ouvert en Seine Saint-Denis en 2012 par Nicolas et Christine Bard. Derrière les portes de l’ancienne usine de fabrication de matériel électrique de 1800 mètres carrés, se côtoient aujourd’hui 170 artisans, designers, entrepreneurs et artistes qui paient un abonnement mensuel pour partager des ateliers collectifs thématiques (bois, métal, textile, conception numérique etc.) mais aussi des espaces de coworking et des machines industrielles. Et entre deux cafés, ce sont les compétences qui circulent et des workshops qui sont organisés pour partager ses compétences business et ouvrir son carnet d’adresses. Depuis le lancement de l’espace, ce sont plus de 550 artisans du faire qui se sont croisés entre la machine de découpe numérique, les fers à souder et l’imprimante 3D et qui constituent aujourd’hui la communauté MakeICI.

Depuis, le modèle à fait des émules et c’est pour reproduire ce succès en région que MakeICI fait entrer à son capital le fonds NovESS, INCO, mais aussi plusieurs entrepreneurs et partenaires privés dont FaberNovel. L’objectif ? Mettre à profit le million six d’euros levé pour développer le premier réseau national de manufactures solidaires et collaboratives. Après une première expérimentation méditerranéenne au sein de thecamp -le campus européen dédié à l’intelligence collective à Aix-en-Provence- avec le fablab ICIthecamp, Marseille ouvrira véritablement la danse en février 2018 avec l’inauguration d’un espace de 3500 mètres carrés. Suivront ICI Morvan, ICI Nantes puis Bordeaux, Lille-Roubaix, ainsi que d’autres villes en région parisienne.

Faire fleurir le Made in France

Au-delà de l’accompagnement du mouvement « maker », c’est aussi du Made in France que MakeICI entend faire la promotion. Un incubateur entièrement dédié au « Made in France » (en partenariat avec Créatis) a ainsi ouvert ses portes à ICI Montreuil et sera accessible par l’ensemble des manufactures du réseau MakeICI qui auront leur promotion « MIF ». Ainsi, durant un an, les startups créatives en phase d’amorçage se font aider par les experts d’ICI Montreuil et Creatis autour de sept thématiques clé : de l’idée au business, du concept au prototype fonctionnel et esthétique, construire une marque, la posture de l’entrepreneur, les financements, le développement international, la distribution et la logistique.

Lire aussi : #Accompagnement : Le premier incubateur dédié au Made in France est lancé !

« Après avoir trouvé un modèle économique viable pour notre première manufacture ICI Montreuil, cette levée de fonds nous permet de passer du Made In Montreuil au Fabriqué en France. Notre ambition est d’accompagner une génération d’entrepreneurs-makers à vivre de leur passion. De leur permettre de lancer et de développer leur activité économique partout en France au plus proche des savoir-faire des métiers d’art. Grâce à nos partenaires avec lesquels nous partageons les mêmes valeurs de citoyenneté, de solidarité et de responsabilité nous allons pouvoir nous déployer en région en nous associant avec des entrepreneurs locaux pour créer un éco-système qui va relancer la production locale. Avec une volonté commune forte de contribuer par la même, à la revitalisation de quartiers en plein devenir », précise Nicolas Bard, cofondateur d’ICI Montreuil et de MakeICI.

Mots clés : Ici Montreuil, MakeICI, Makers
  • Laurent COLAS

    maker, space, make, made in France, makers, coworking, workshop, business, thecamp … notre langue serait-elle devenue aussi pauvre que pour mettre en avant toutes les valeurs du “fabriqué français”, il faille utiliser tout ce jargon “made in USA” !!!
    Un peu paradoxale et lourdement contre-productif, n’est-il pas ?