Retour en haut
Finance

#VTC Chauffeur Privé passe sous pavillon allemand avec Daimler

#VTC : Chauffeur Privé passe sous pavillon allemand avec Daimler
par

Daimler prend une participation de plus de 50 % dans la startup française Chauffeur Privé, spécialisée dans les VTC. De quoi mettre un pied dans l’hexagone, et faire quelques frayeurs à Uber.

Si certains pensaient que 2017 n’apporterait pas grand chose au secteur des VTC, il est grand temps qu’ils reconnaissent leurs torts. Heetch, sa condamnation et son retour en force, Renault et l’acquisition de Marcel, Taxify qui a réussi a se faire une place en quelques mois, ou encore Uber et ses nombreuses accusations… Tous les acteurs, ou presque, du secteur des VTC ont cette année fait parler d’eux. Mais Chauffeur Privé, lui, aura attendu la fin d’année pour créer la surprise.

La startup, fondée en 2012 par Yan Hascoet, Othmane Bouhlal et Omar Benmoussa, annonce en effet aujourd’hui son acquisition par le groupe automobile Daimler. Si le montant de l’opération n’a pas été dévoilé, celle-ci permettra a Daimler de valider sa stratégie de diversification, alors même que l’entreprise s’est déjà implantée dans différents marchés liés à la mobilité avec car2go (autopartage), mytaxi et moovel. Elle profitera ainsi du 1,5 million d’utilisateurs et des 18 000 conducteurs de Chauffeur Privé, qui opèrent à ce jour à Paris, Lyon et sur la Côte d’Azur. À terme, le groupe prévoit d’acquérir 100% du capital de la jeune pousse française.

“Daimler, avec sa solidité financière, est idéalement positionné pour poursuivre sa transformation d’un constructeur automobile pur à une société de services de mobilité complète en ouvrant la voie à la conduite autonome”

Bodo Uebber, responsable des services financiers de Daimler

Une opération qui devrait permettre à Chauffeur Privé de prendre du poids sur le marché français, alors même que son principal concurrent Uber est sommé par la Cour de justice de l’Union européenne de se plier à la réglementation européenne régissant les taxis, l’entreprise étant désormais considérée comme relevant du « domaine des transports ».