Portfolio#voyage
Temps de lecture : 02'21''
25 mai 2021
remoters-teletravail-etranger-logement

Remoters trouve un logement aux télétravailleurs en quête de dépaysement

Créée en 2021, la startup promet à ses clients de dénicher des bons plans de logements pour partir télétravailler à l’étranger et à moindre coût.

ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
Remoters trouve un logement aux télétravailleurs en quête de dépaysement
00:00 - 00:00
00:00

Sept télétravailleurs sur dix pensent que le travail à distance serait moins pénible au soleil, selon un sondage OpinionWay. 58% des personnes interrogées aimeraient pouvoir travailler depuis l’étranger. C’est fort de ce constat que Damien Corchia et Luc Dayen, deux professionnels du tourisme, ont lancé Remoters, en début d’année 2021. La promesse ? Proposer un service qui permette de dégoter un logement adapté et à moindre coût pour partir travailler où l’on veut dans le monde, en quelques clics.

Des dénicheurs de bons plans

Concrètement, l’idée est de faire appel à des correspondants Français installés à l’étranger et les transformer en dénicheurs de bons plans pour trouver des logements de moyenne durée – de un à six mois – tout en leur apportant un complément de revenus pour leur contribution. Le télétravailleur qui souhaite partir répond à un questionnaire sur ses envies et besoins, comme les dates, le nombre de voyageurs, le type d’hébergement souhaité, la destination, etc. Il est ensuite mis en contact avec un « remoter » , qui lui présente les différents logements trouvés et négociés pour lui. La réservation se fait ensuite directement sur la plateforme, qui prend une commission – dont elle ne divulgue pas le montant – divisée en deux, une part pour elle-même et l’autre pour la personne qui a trouvé l’hébergement.

« J’ai découvert le télétravail à cause de la crise sanitaire. Je suis partie en septembre au Portugal pour télétravailler pendant un mois, témoigne Marie, comptable de 32 ans, dans un communiqué de la startup. Mon entreprise a validé mon départ et nous avons confirmé mes horaires de travail. J’ai travaillé tout autant qu’au bureau – voire plus – tout en ayant le sentiment de pouvoir avoir une vie personnelle à côté. J’espère pouvoir faire cela une fois par an avec ma famille et découvrir d’autres cultures en dehors des horaires de travail » .

Une « alternative moins couteuse »

Damien Corchia, co-fondateur de la jeune pousse, a lui-même bien connu la galère de trouver un pied-à-terre qui ne soit ni de l’ordre de l’hébergement touristique, car trop cher, ni aussi engageant qu’un bail de location longue durée. « Après le Mexique en 2020, j’ai vécu en Sicile, puis aux Canaries en 2021. Mais pour trouver le bon logement, ça a été compliqué à chaque fois, explique l’ancien directeur des achats du tour-opérateur NG Travel, et ex-CEO adjoint du voyagiste Suntrade Travel. Les places de marché de réservation proposent des tarifs à la nuitée, et cela revient très cher pour des séjours prolongés. Même quand un discount est appliqué pour les longues durées, ça reste bien plus cher qu’un loyer normal. Nous avons voulu créer une nouvelle alternative, simple, facile et moins coûteuse » .

Pour l’instant, Remoters travaille avec une cinquantaine de correspondants à l’étranger pour trouver des logements, comme nous l’apprend un article des Echos Start. La startup ambitionne d’avoir à terme plus de 1 000 correspondants à travers le monde pour enrichir son offre et proposer davantage de solutions aux télétravailleurs en quête de nouvelles destinations.

Article écrit par Heloïse Pons
ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
Remoters trouve un logement aux télétravailleurs en quête de dépaysement
00:00 - 00:00
00:00