16 juin 2021
16 juin 2021
Temps de lecture : 8 minutes
8 min
20148

8 startups de la MedTech à suivre à l'occasion de VivaTech 2021

VivaTech se tient du 16 au 19 juin 2021, dans une édition hybride au parc des expositions de la porte de Versailles (Paris) et en ligne. À cette occasion, Maddyness a sélectionné une poignée de MedTech à suivre.
Temps de lecture : 8 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Légende photo :
Marcelo Leal

VivaTech ouvre ses portes ce mercredi 16 juin, après une annulation forcée en 2020 pour cause de Covid-19. Le salon parisien a misé cette année sur une édition hybride, à la fois en physique au parc des expositions de la porte de Versailles et à distance par le biais de conférences comme de stands en ligne. Technologie ou modèle économique innovants : Maddyness a épluché la liste des startups participantes en quête de quelques-unes des MedTech à surveiller. Qui sait, dans certaines années, elles pourraient peut être valoir 1 milliard d'euros ?

Grapheal

Date de création : 2019

Fondateurs : Vincent Bouchiat et Behnaz Djoharian

Siège social : Grenoble

Effectif : 8 personnes

Grapheal ambitionne d’optimiser le suivi à domicile des patients à distance. La MedTech associe, pour ce faire, une connectivité mobile à une technologie de biodétection dans les systèmes embarqués. Concrètement, elle développe des capteurs portables jetables dont l’intérêt premier est de permettre une surveillance et un diagnostic continu. La cicatrisation est, par exemple, particulièrement indiquée. La gamme de solutions de la startup offre aux soignants un outil d’évaluation précis et individualisé. Woundlab est un patch pouvant être associé à un assistant numérique pour les infirmiers.

De quoi améliorer le suivi des plaies difficiles à guérir, telles que les plaies chroniques du diabétique et de la personne âgée. TestNPass, elle, est un test antigénique permettant de dépister rapidement le Covid-19 et fournir un certificat numérique personnalisé. La MedTech assure que le dispositif peut être déployée dans des zones à forte circulation, comme les aéroports. Prochain chantier pour la jeune pousse : l’industrialisation, avec la construction d’une ligne pilote en vue d’une production de masse, et la suite des essais cliniques pour TestNPass.

ExactCure

Date de création : 2018

Fondateurs : Frédéric Dayan, Sylvain Bénito et Fabien Astic

Siège social : Nice

Effectif : 25

ExactCure développe une solution de santé pour optimiser l’usage des médicaments. Un jumeau numérique stimule la concentration des molécules dans le sang d’un patient, en fonction de ses caractéristiques personnelles. Le but est d’éviter le sous ou surdosage, ainsi que les éventuelles interactions médicamenteuses. La MedTech mène actuellement des essais au sein de l’hôpital Cochin (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) et du centre hospitalier universitaire de Nice – respectivement sur les cancers du rein et les allogreffes.

L’ensemble des maladies chroniques pourraient bénéficier de la technologie, qui a notamment été adoptée par les laboratoires UPSA dans le cadre de la mise en place d’une application d’aide au bon usage de médicaments. ExactCure, qui a enregistré son premier chiffre d’affaires en 2020, assure avoir signé suffisamment de contrats au premier semestre 2021 pour quadrupler ce dernier. Elle ambitionne de boucler une levée de fonds en série A d’ici à la fin 2021, pour se développer en France et à l’international.

Ellcie Healthy

Date de création : 2018

Fondateur : Philippe Peyrard

Siège social : Antibes

Effectif : 17 salariés

Ellcie Healthy commercialise une solution d’aide à la détection de l’endormissement au volant. Les capteurs embarqués dans les montures des lunettes connectées Serenity Eyewear analysent votre comportement et vous alertent en cas de risque. Le dispositif se veut abordable, confortable et facile à porter au quotidien. Auréolée d’un Innovation Award au Consumer Electronics Show de Las Vegas en 2019, la MedTech a récemment élaboré une fonctionnalité pour la détection des chutes. Cette dernière s’adresse à toutes les personnes susceptibles de tomber – personnes âgées, malades chroniques, travailleurs isolés, etc.

En 2020, la startup a aussi publié une nouvelle application mobile sur laquelle sont concentrés tous les contrôles des appareils. Parmi ses projets : l’enrichissement de ses lunettes connectées afin d’y apporter des options en matière de protection individuelle des salariés sur les postes de travail à risque. Grâce à sa technologie de suivi du regard et d’analyse du comportement oculaire, la startup veut accompagner les patients atteints de maladies neurodégénératives ou encore de narcolepsie, et évaluer l'état psychiatrique.

Wyes

Date de création : 2020

Fondateurs : Maxime Loubar, Sarah Mougharbel et Pierre Jankowiez

Siège social : Boulogne-Billancourt

Effectif : 3

Wyes développe des lunettes connectées visant à faciliter la communication des personnes paralysées par l’intermédiaire des yeux. Les capteurs embarqués sont capables de détecter les clignements et mouvements volontaires des yeux, qui agissent comme un clic de souris sur un smartphone, un ordinateur ou une tablette. Présenté comme universel, le dispositif s'adapte à un grand nombre de pathologies et maladies.

Les lunettes connectées de la startup servent notamment aux personnes atteintes de la maladie de Charcot, de myopathie ou encore d’infirmité motrice cérébrale. Lauréate de la bourse French Tech Tremplin, la jeune entreprise a lancé une campagne de crowdfunding afin de financer une première production de notre prototype final. Ce qui doit lui servir à organiser des essais à grande échelle en France, avant de commercialiser.

Synapse Medicine

Date de fondation : 2017

Fondateurs : Clément Goehrs et Louis Létinier

Siège social : Bordeaux

Effectif : 46

Synapse Medicine s’est donné pour mission de faciliter l’accès de tous à une information fiable et utile au sujet des médicaments. La startup, qui collabore avec plusieurs centres hospitaliers universitaires français, a développé une plateforme dédiée au bon usage de ces produits. La solution, qui se revendique indépendante des laboratoires, serait utilisée par des dizaines de milliers de professionnels de santé.

Parmi ses clients : une plateforme de télémédecine, qui a intégré sa solution pour fournir un service complémentaire à ses utilisateurs, ou bien encore les autorités de santé françaises, qui l’exploitent dans le cadre de la pharmacovigilance (surveillance de la survenue d’effets secondaires nocifs) liée à la campagne de vaccination contre le Covid-19. Les prochains objectifs de la MedTech sont de recruter une vingtaine de personnes d’ici à la fin 2021 et refondre son application mobile destinée au grand public, un volet sur lequel il existe un fort potentiel.

Posos

Date de fondation : 2017

Fondateurs : Emmanuel Bilbault et Benjamin Grelié

Siège social : Amiens

Effectif : 18

Posos conçoit un outil d’aide à la décision thérapeutique, visant à simplifier les recherches d’informations médicales pour les médecins et pharmaciens. La startup ambitionne de leur apporter des réponses rapides et adaptées à chaque patient. C’est pourquoi elle pense sa solution de manière à ce qu’elle soit directement utilisable en consultation ou en officine. Grâce à l'intelligence artificielle, elle comprend la question posée par le médecin dans ses propres mots et identifie les informations pertinentes parmi des centaines de sources d'informations médicales.

Le professionnel ne voit alors que celles qui correspondent à sa recherche, en fonction du profil du patient. Ainsi, un médecin peut, par exemple, chercher l’origine d’un effet indésirable et trouver un protocole de traitement alternatif en cas d’interaction médicamenteuse problématique. Prochain chantier de Posos : faire connaître sa solution auprès des professionnels de santé dans le but de lancer une version payante, offrant des fonctionnalités plus poussées. La jeune pousse prévoit de lancer une série A fin 2021, après une première levée à hauteur de 2 millions d’euros en 2019.

Cibiltech

Date de fondation : 2019

Fondateurs : Stéphane Tholander, Alexandre Loupy, Xavier Jouven

Siège social : Paris

Effectif : 30

Cibiltech édite des solutions logicielles de santé prédictive. Ses logiciels, à base d’intelligence artificielle, permettent notamment d’évaluer les risques de pertes des greffons chez les patients ayant reçus une greffe de rein. Un suivi personnalisé qui doit permettre aux néphrologues d’adapter la prise en charge en conséquence afin d’améliorer la survie des greffons. La MedTech affirme que sa technologie a démontré qu’elle pouvait permettre d’accélérer le développement de nouveaux médicaments immunosuppresseurs.

Au-delà de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des patients, cette dernière sert également la gestion des ressources humaines et financières des établissements et du système de santé. Cibiltech dispose de clients médecins, qui utilisent sa solution pour mieux suivre et traiter leurs patients, mais elle vend également aux laboratoires pharmaceutiques, qui utilisent cette dernière comme un biomarqueur numérique dans le cadre du développement de nouveaux médicaments. Le prochain chantier pour la startup : le lancement d’un essai clinique international, en simultané dans sept pays, dans le courant de l’année 2022.

Chiron IT

Date de fondation : 2020

Fondateur : Paul Charton

Siège social : Évry-Courcouronnes

Effectif : 4

Chiron IT développe un système d’analyse de mouvement à base d’intelligence artificielle pour les domaines du sport et de la santé. Ce système, qui fonctionne avec une caméra connectée, doit aider les athlètes à améliorer leurs performances et à réduire le risque de blessure. Il peut également être utilisé pour la rééducation, grâce au suivi en temps réel sur plusieurs exercices.

De quoi personnaliser l’entraînement au maximum et éviter toute blessure : en utilisant la solution de la startup, le Creps (Centre de ressources d'expertise et de performance sportive) d’Île-de-France a notamment détecté un décalage anormal du genou chez une sportive de haut niveau, ce qui peut déboucher sur une blessure des ligaments croisés. Mise à l’épreuve auprès de 60 bêta-testeurs, la solution est commercialisée depuis la fin mai 2021 et l’objectif de Chiron IT est de multiplier les cas d’usage en matière de prévention des blessures et d’optimisation de l’entraînement.