Actus#culture / médias
Temps de lecture : 01'37''
10 novembre 2021

Deux ans après l’offre avortée d’Altice, Molotov rachetée par un Américain

La startup Molotov vient d'accepter une offre de rachat par FuboTV, un service de télévision en ligne américain, pour 164 millions d'euros.

Cette fois, c’est fait. Après plusieurs années à chercher un acquéreur et un rachat avorté par Altice, Molotov est enfin parvenu à se vendre. Ou presque : l’opération doit encore être entérinée par les autorités compétentes, pour une finalisation prévue au premier trimestre 2022. Ces validations devront être obtenues des deux côtés de l’Atlantique car l’acquéreur est Américain. La plateforme de vidéo en ligne FuboTV, créée en 2015 – un an avant Molotov – s’est initialement concentrée sur la diffusion d’événements sportifs avant d’entamer sa diversification vers d’autres univers, notamment les séries. Elle a mis 190 millions de dollars (soit 164,3 millions d’euros) sur la table pour s’offrir le Français.

Un rachat qui fait forcément figure de pis-aller financier pour la startup qui a levé un peu plus de 30 millions d’euros (8,2 millions auprès d’Eurazeo avant son lancement puis 22 millions d’euros fin 2016 auprès d’un pool d’investisseurs comprenant notamment Rupert Murdoch). À l’époque, le projet porté par des pontes de la télévision – dont Pierre Lescure – laissait présager d’une sortie autrement plus conséquente. Mais les difficultés que connaît la pépite depuis plusieurs années, à commencer par sa difficulté à dégager des profits malgré le développement d’offres payantes et son déploiement international, ont assombri sa destinée.

En 2019, Molotov avait longtemps cherché à se vendre pour se tirer d’une situation acrobatique. La startup pensait avoir décroché le gros lot quand Altice s’est montré intéressé. Las, l’opération a fini par capoter face au blocage de certains actionnaires qui craignaient de ne pas pouvoir récupérer leurs billes. Et Xavier Niel, qui était pressenti pour jouer les sauveurs, n’a finalement pas tendu la main à Molotov. Mais les discussions entamées par la startup avec Altice ont débouché sur un accord de distribution, valable jusqu’en 2022. De quoi offrir un sursis à Molotov… qui a préféré trouver une solution plus pérenne à l’approche de la date butoir.