Décryptage par Pierre Berthoux
écrit le 2 avril 2024, MÀJ le 3 avril 2024
2 avril 2024
Temps de lecture : 3 minutes
3 min
18366

MaddyMoney : 441,3 millions d’euros levés pendant le mois de mars 2024

Maddyness dresse le bilan des levées de fonds du mois qui s’est écoulé. En mars 2024, 59 opérations ont permis aux startups françaises de lever près de 441,3 millions d’euros.
Temps de lecture : 3 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Montant
441,3M€
Nombre d’opérations
59

Ce mois-ci, 59 startups tricolores ont permis à l’écosystème d’afficher un total de 441,3 millions d’euros, propulsant le ticket moyen à plus de 7,4 millions d'euros (contre 10,8M€ en février). Un mois de mars équivalent à février (453,9M€) mais avec une quinzaine d'opérations en plus. Si le début d'année avait suivi peu ou prou la même tendance que l'an passé, le montant ce mois-ci est cette fois très bas par rapport à mars 2023 (753,6M€).

L'assainissement dans le secteur de la tech se confirme et les méga-levées de plus de 100 millions d'euros sont quasi inexistantes. Seule la pépite de la mobilité Electra a dépassé ce seuil en janvier dernier avec une levée record de 304 millions d'euros. Dans le détail, les amorçages dominent largement ce mois-ci avec un total de 48 opérations, devant les séries A qui ne sont que 8 - contre respectivement 29 et 7 en janvier dernier. Loin derrière, seule 1 série B a été recensée (-2), 0 série C (-3) ainsi que 2 late stage (+2).

La cyber et la Greentech détrônent la deeptech

En mars 2024, la cybersécurité et la Greentech relèguent la Deeptech à la troisième place (55,9M€). Ces secteurs - qui ont levé respectivement 75,6 et 69,7 millions d'euros - n'étaient pas présents au top 5 des mois de janvier et février. Un exploit en partie permis grâce aux deux plus importantes levées de ce mois-ci : à savoir 67 millions d'euros par la startup cyber Zama ainsi que 49 millions d'euros par la greentech Greenly

À noter que la montée en puissance de ces deux secteurs coïncide avec le contexte marqué par une multiplication toujours inquiétante des cyberattaques et par un défi climatique d'autant plus pressant. 

Le secteur de l'IT (46,1M€) fait aussi son grand retour après un début d'année à bas régime avec seulement 3,7 millions d'euros engrangés en février et 15,9 millions d'euros en janvier. Enfin, la Medtech occupe la dernière marche du podium avec 28 millions d'euros (contre 38M€ en février et 87M€ en janvier). 

L'Ile-de-France capte près de trois quarts des fonds

La majeure partie des tours de table de la French Tech ont été réalisés en Ile-de-France, une tendance assez constante depuis le début de l'année 2024. En effet, cette région avait capté près de 72% du total des fonds enregistrés en janvier, plus de la moitié en février et près des trois quarts ce mois-ci (73,4%). Elle conserve donc sa première place avec 323,9 millions d'euros, contre 243,1 millions d'euros le mois précédent. À noter que sur les 31 opérations relevées dans la région, seulement 6 ont été réalisées par des startups hors du centre parisien (12,1M€).

Très loin derrière, l'Auvergne-Rhône-Alpes reprend sa deuxième place à la Bretagne, encore une fois grâce à une deeptech. Après la levée de 85 millions d'euros d'Unseenlabs en février, c'est au tour de la pépite grenobloise Inocel de propulser sa région avec une levée de 32 millions d'euros. De son côté, la Bretagne redescend à la cinquième place avec une seule levée de 6 millions d'euros (Anozr Way).

La troisième place est occupée par la Provence-Alpes-Côte d'Azur qui affiche un montant de 12,7 millions d'euros, après un mois de février au point mort. On retrouve ensuite la Nouvelle-Aquitaine (13,1M€), la Bretagne (6M€), les Hauts-de-France (3,2M€), l'Occitanie (3M€), les Pays de la Loire (2M€), le Grand Est (2M€) et la Normandie (300K€).

Le top 10 des levées de fonds