Retour en haut
Finance

#Sport Seaver lève 1,8 million d’euros pour démocratiser l’IoT dans les sports équestres

#Sport : Seaver lève 1,8 million d’euros pour démocratiser l’IoT dans les sports équestres
par

Seaver, qui développe un objet connecté dédié au monitoring des performances et de la santé des chevaux, vient de boucler une levée de fonds d’1,8 million d’euros. De quoi accélérer sa R&D autour de la biomécanique et la physiologie du cheval, mais aussi de doper la commercialisation de son produit en France et dans cinq autres pays.

Fondé en 2016 par Zakaria Antar et Pierre-Yves Lalo, Seaver développe une sangle (utilisée pour maintenir la selle sur le dos du cheval) connectée capable d’accompagner les cavaliers, quel que soit leur niveau, dans le suivi des performances et de la santé de leur cheval. À l’aide d’une application mobile dédiée et de cinq capteurs directement intégrés à la sangle, ces derniers peuvent ainsi suivre en temps réel plusieurs données de l’état de leur cheval, comme la vitesse, la fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire ou les mouvements effectués, afin d’améliorer par la suite leurs performances ou à contrario déceler certaines anomalies ou pathologies, comme une boiterie. 

Les trackers d’activité pour l’humain commencent à s’imposer dans les usages. Il était aberrant que la technologie n’ait pas encore fait son entrée dans le milieu du cheval

Zakaria Antar, cofondateur de Seaver

seaver app

La jeune pousse, qui a déjà récolté 140 000 euros à travers deux campagnes de crowdfunding sur Kickstarter et Indiegogo, annonce aujourd’hui avoir bouclé un tour de table d’1,8 million d’euros auprès de GO Capital, Normandie Participation, Crédit Agricole Normandie, Normandie Business Angels, Horse Angels et d’investisseurs privés. Des partenaires bancaires et Bpifrance viennent compléter le tour de table.

seaver iot app

Une opération qui lui permettra avant tout de lancer un programme de R&D sur 18 mois, axé sur la biomécanique et la physiologie du cheval, mais aussi de débuter la commercialisation de sa sangle connectée en direct et au travers d’un réseau de distribution dans six pays ciblés : la France, les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas. Une accélération qui passera par le recrutement de nouveaux talents : avec une équipe de 10 personnes, Seaver recrutera également trois ingénieurs R&D et deux nouveaux collaborateurs dans les fonctions marketing et commerciales. 

Cette levée nous permettra de poursuivre le travail commencé il y a voilà deux ans, dont le but est de révolutionner la façon dont nous faisons de l’équitation et nous occupons de nos chevaux. Une manière, aussi, de faire un pas de plus dans la compréhension de ce formidable animal  

Zakaria Antar

Avec 700 produits déjà vendus en pré-commande, Seaver vise désormais 3 000 utilisateurs d’ici 2018, pour atteindre les 10 000 en 2019. Sa sangle connectée, exposée au Salon du Cheval de Paris ces prochains jours, sera commercialisée d’ici la fin de l’année pour un prix de 599 euros (329 euros pour le protège-sangle). Plusieurs autres produits sont en cours de conception, deux d’entre-eux devraient voir le cours au cours de l’année 2018. 

À relire : Je peux pas, j’ai poney (connecté).