2 octobre 2023
2 octobre 2023
Temps de lecture : 5 minutes
5 min
20259

Bpifrance a fléché 5,6 milliards d’euros vers le financement de l’innovation au premier semestre

Bpifrance a dévoilé son bilan d'activité pour le premier semestre 2023. Il révèle notamment un soutien important aux startups de l'écosystème deeptech.
Temps de lecture : 5 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.

A mi-parcours, Bpifrance fait le bilan. Alors que l’année 2023 entame sa dernière ligne, avec le début du quatrième quatrième, la banque d’investissement a dévoilé son rapport d’activité pour le premier semestre, en marge de l’événement Big (Bpifrance Inno Génération) qui regroupera des milliers d’entrepreneurs et dirigeants de grands groupes, de PME, de TPE et de startups ce jeudi 5 octobre à l’Accor Arena, à Paris. Ce bilan permet de mettre en lumière la dynamique de soutien mise en œuvre par Bpifrance pour épauler les entreprises françaises face aux vents contraires de l’économie mondiale.

Dans ce cadre, les startups et la sphère technologique dans son ensemble ont reçu une aide significative. En effet, ce sont 5,6 milliards d’euros qui ont été déployés sur les six premiers mois de l’année pour le financement de l’innovation dans l’Hexagone. Un chiffre en hausse spectaculaire de 235 % par rapport à la même période en 2022. L’an passé, 1,7 milliard d’euros avait été débloqué en aides et prêts à l’innovation au premier semestre pour soutenir plus de 3 800 entreprises. Un an plus tard, ce sont 1 000 entreprises qui ont bénéficié de ce coup de pouce, mais avec un ticket moyen plus généreux. En effet, celui-ci s’élève à près de 2 millions d’euros au premier semestre 2023, contre 430 000 euros sur la même période un an plus tôt.

Cette montée en puissance est notamment imputable à l’exécution du plan France 2030 qui vise à répondre aux enjeux de la prochaine décennie, ce qui passe notamment par la réindustrialisation du pays. Dans ce cadre, on retrouve le financement de plusieurs projets d’envergure, à l’image de celui porté par ST Microelectronics et Global Foundries pour la construction d’une usine de semi-conducteurs en Isère (2,8 milliards d’euros). On peut aussi citer le milliard d’euros engagé pour les appels à projets des stratégies d’accélération de France 2030, contre 357 millions d’euros au premier semestre 2022. Le nucléaire, l’automobile et les batteries sont notamment à l’honneur pour ces derniers. Dans les prochains mois, les 125 startups retenues pour intégrer le programme French Tech 2030 devraient logiquement capter des investissements de cet ordre.

Dynamique enclenchée pour créer 500 startups deeptech par an

Concernant l’écosystème des startups de manière plus spécifique, les aides et prêts sans garantie déployés au sein du Réseau Bpifrance ont reculé de 7 % sur les six premiers mois de l’année. «Ceci s’explique notamment par un fort ralentissement des levées de fonds des startups au premier semestre 2023. Malgré cela, l’activité reste très élevée sur ces dispositifs avec plus de 650 millions d’euros déployés, bien au-delà des 406 millions d’euros du premier semestre 2019, pré-crise Covid», indique Bpifrance.

La banque d’investissement met également l'accent sur les efforts portés pour accompagner l’envol de la deeptech. Dans ce cadre, ce sont 445 millions d’euros de financements qui ont été accordés aux startups du secteur, soit une hausse de 7 % par rapport au premier semestre 2022. Pour rappel, Emmanuel Macron souhaite la création de 500 startups par an dans le secteur d'ici 2030. Un chiffre ambitieux, alors qu’il n’y a que 2 500 startups dans ce secteur en France, soit 8 % du nombre total de jeunes pousses tricolores, selon le décompte du gouvernement. Preuve de l’intérêt de l’État pour la deeptech, un plan de 2,5 milliards d’euros a été présenté en 2019 et une nouvelle enveloppe de 500 millions d’euros a été annoncée en début d’année.

Hausse des opérations de réinvestissement et de cession

Si la dynamique est positive autour de la deeptech, le tableau est moins relisant pour l’activité de Bpifrance sur le marché du capital innovation, qui a chuté de 21 % entre janvier et juin, avec 330 millions d’euros investis dans 76 entreprises. Néanmoins, la deeptech a sauvé les meubles puisque ce secteur a capté 72 % des investissements réalisés au premier semestre 2023. Dans ce contexte, Bpifrance a donné la priorité aux opérations de réinvestissement pour ses fonds Large Venture. Une dizaine ont été réalisées au premier semestre avec des sociétés comme Ÿnsect, Younited Credit ou encore Cubyn, pour un montant de 55 millions d’euros. En revanche, l’activité des autres fonds de capital innovation a légèrement progressé, mais là aussi avec un focus sur les opérations de réinvestissement. Au total, pour l’ensemble des fonds gérés par Bpifrance, il y a eu 59 opérations de réinvestissement réalisées au premier semestre pour un montant de 172 millions d’euros.

Face au repli du marché, le terrain est de plus en plus propice à la multiplication des fusions-acquisitions, un phénomène qui touche notamment des secteurs comme la fintech. Du côté de Bpifrance, ce sont 18 opérations de cession qui ont été dénombrées pour un montant de 91 millions d’euros sur le marché du capital innovation, contre 59 cessions pour 300 millions d’euros dans le capital développement qui concerne les PME, ETI et grandes entreprises. Au vu du contexte actuel, les opérations de cession et de réinvestissement devraient être encore plus nombreuses au deuxième semestre. Le bilan d’activité sur l’ensemble de l’année, qui sera présenté début 2024, permettra d’en avoir le cœur net.

Maddynews
La newsletter qu'il vous faut pour ne rien rater de l'actualité des startups françaises !