Décryptage par Pierre Berthoux
écrit le 2 octobre 2023, MÀJ le 29 avril 2024
2 octobre 2023
Temps de lecture : 4 minutes
4 min
35411

MaddyMoney : 1,78 milliard d’euros levés pendant le mois de septembre 2023

Maddyness dresse le bilan des levées de fonds du mois qui s’est écoulé. En septembre 2023, 86 opérations ont permis aux startups françaises de lever près de 1,78 milliard d’euros.
Temps de lecture : 4 minutes
Partager
Ne passez pas à côté de l'économie de demain, recevez tous les jours à 7H30 la newsletter de Maddyness.
Montant
1,78Md€
Nombre d’opérations
84

Ce mois-ci, 86 startups tricolores ont permis à l’écosystème d’afficher un total de 1,78 milliard d’euros, propulsant le ticket moyen à 20,7 millions d'euros (contre 4,3M€ en août et 5,6M€ en juillet). Lors de notre bilan semestriel en juin dernier, nous constations à quel point les startups tricolores avaient du mal à boucler des méga-levées depuis plusieurs mois. Le décompte semestriel dépassait les 4 milliards d'euros alors qu'à la même période en 2022, la French Tech avait déjà récolté le double.

Mais cette rentrée de septembre rappelle que rien n'est joué d'avance en matière de venture capital : ce mois-ci, la French Tech est parvenue à lever plus d'1,78 milliard d'euros, soit un montant en légère hausse par rapport à l'an passé à la même période (1,74Md) mais qui reste de loin un record par rapport aux mois précédents. Dans le détail des stades les plus financés, l’early stage creuse son avance avec 64 amorçages, devant les séries A (11), puis les séries B (6), les séries C (3) ainsi que les late stages (2).

Les grands projets industriels de rupture se confirment

La plus grande levée de 2023 était attribuée à DriveCo (250M€), le spécialiste du déploiement des bornes de recharge de véhicules électriques. Mais cette fois-ci, les investisseurs en capital-risque se sont intéressés à l'amont de la chaîne, en accord avec la politique de réindustrialisation souhaitée par le gouvernement. Ainsi, le fabricant de batteries électriques Verkor a récolté un montant record de 850 millions d'euros auprès d'investisseurs privés pour répliquer son usine de production pilote de Grenoble à Dunkerque.

En complément, Verkor a décroché un prêt de 600 millions d'euros de la Banque européenne d'investissement et attend également confirmation d'une subvention publique de 650 millions d'euros par la Commission européenne. En soutenant ce projet de gigafactory, l'UE espère que sa décision de fin de commercialisation des voitures thermiques d'ici 2035 ne soit pas synonyme de délocalisation. De son côté, la France prend de l'avance et mise sur Verkor pour l'aider à atteindre ses objectifs de deux millions de voitures électriques produites en France dès 2030.

Ainsi, les efforts en matière de soutien de la Deeptech portent leurs fruits, permettant au secteur de se hisser en haut du podium avec un total de 978 millions d'euros récoltés ces quatre dernières semaines. En outre, l'innovation de rupture ne se limite pas aux domaines de l'énergie et de la mobilité : la deuxième plus grande levée de ce classement est attribuée à la deeptech Aledia qui vient de lever 120 millions d'euros pour concrétiser la mise en production de ses écrans MicroLED. On aurait d'ailleurs pu ajouter les 4 levées de la Biotech qui rassemblent 72 millions d'euros. 

En deuxième position, on retrouve le secteur des médias (140M€) qui bénéficie du tour de table d'Animaj (100M€), spécialiste des contenus audiovisuels pour enfants. C'est ensuite la pépite du chauffage et de la climatisation bas-carbone Accenta qui permet au secteur de la Greentech (131,2M€) de s'emparer de la troisième place, grâce à une levée de 108 millions d'euros. L'IT (108,3M€) suit le peloton grâce aux 90 millions d'euros levés par ChapsVision, un expert du traitement de données déjà présenté comme le futur "Palantir tricolore". Enfin, l'Agritech (72,5M€) s'accroche à la cinquième place avec une levée de plus de 55 millions d'euros de la part de la pépite de l'agriculture régénérative Intact.

La Deeptech propulse l'Auvergne-Rhône-Alpes en première place

Ce mois-ci s'avère aussi spectaculaire au niveau régional : c'est la première fois que la région Auvergne-Rhône-Alpes s'empare du haut du podium avec 16 startups qui ont engrangé plus d'un milliard d'euros. Un exploit principalement dû à deux méga-levées de la part des deeptech grenobloises Verkor et Aledia. En seconde position, l'Ile-de-France a perçu 632 millions d'euros dans le cadre de 48 opérations. Parmi elles, 40 sont attribuées à des startups parisiennes qui ont engrangé 420,2 millions d'euros. Le bassin parisien ne représente qu'à peine 35% du montant global des opérations enregistrées ce mois-ci, contre plus de 57% pour l'Auvergne-Rhône Alpes. Une situation inédite pour la FrenchTech.

Plus loin, le Centre-Val de Loire fait son apparition à la troisième position (55,5M€) grâce à sa pépite Intact, suivi de la Nouvelle-Aquitaine (27M€), l'Occitanie (25,5M€), les Pays de la Loire (4,6M€), les Hauts-de-France (2,6M€), la Normandie (1M€) et enfin la Provence-Alpes-Côte d'Azur (0,6M€).

Le top 10 des levées de fonds