Retour en haut
Entrepreneurs

#FrenchTech Les 10 chiffres incontournables de l’écosystème startups français

#FrenchTech : Les 10 chiffres incontournables de l’écosystème startups français Du CES au SXSW, la French Tech s'impose partout
par

Le rapport d’activité 2015-2016 de l’Agence du numérique, qui chapeaute notamment l’initiative French Tech, est l’occasion de faire le point sur ce label de l’écosystème entrepreneurial français qui prend de plus en plus d’envergure.

9400 startups

C’est le nombre de jeunes pousses recensées en France. Un tiers d’entre elles sont concentrées en Île-de-France, tandis que les deux tiers restants se répartissent en régions, y compris Outre-mer. L’écosystème est très dynamique : le nombre de créations de startups s’est envolé de 30% entre 2012 et 2015… soit dix fois plus que les entreprises traditionnelles.

FrenchTech

13 métropoles

Aix-Marseille, Bordeaux, Brest, Caen-Rouen-Le Havre, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Saint-Malo et Toulouse ont toutes été labellisées métropoles French Tech, entre novembre 2014 et juin 2015. Une manière de se démarquer et de gagner en visibilité sur le territoire auprès des autres écosystèmes locaux pour former, avec Paris, “l’équipe de France des startups“.

9 réseaux thématiques

HealthTech, IoT, EdTech et entertainment, CleanTech et mobilité, FinTech, sécurité et vie privée, retail, FoodTech et enfin sports sont autant de communautés entrepreneuriales, qui rassemblent startups mais aussi structures d’accompagnement et fonds spécialisés. Le but ? Soutenir la croissance des jeunes pousses françaises dans ces domaines et les aider à percer aux niveaux national et international.

22 Hubs à l’international

22 villes sur cinq continents ! Il ne reste guère que l’Océanie où la French Tech n’a pas encore posé ses valises. De San Francisco à Tokyo et de Londres au Cap, ces métropoles constituent un réseau mondial, relais de la croissance des startups françaises à l’international. Les entrepreneurs frenchies savent qu’ils peuvent y trouver autant de “communautés d’entrepreneurs et d’investisseurs français, dynamiques et ancrés dans leur écosystème local“.

FrenchTech 2

169 jeunes pousses

Ce sont autant de startups qui ont intégré, dans trois promotions successives, le programme du Pass French Tech. En hypercroissance, ces pépites françaises bénéficient, depuis 2014, du réseau et de la visibilité accrue qu’offre la French Tech. Ce sont les métropoles labellisées qui repèrent ces perles de demain pour les aider à accélérer leur développement, autant en matière de levée de fonds que d’expansion internationale. Notamment grâce aux différents partenaires de la French Tech : bpifrance, Business France, l’Inpi, Coface et la DGE. 

FrenchTech 3

200 millions d’euros

C’est la capacité d’investissement du fonds French Tech accélération sur cinq ans, d’ici 2020. Géré par bpifrance, il a pour but de favoriser l’émergence d’accélérateurs privés sur le territoire français, qui en compte déjà plus de 300. A fin mars 2017, quelque 38 millions ont déjà été investis dans sept projets, dont le plus récent, Alacrité, est situé à Lille.

1774 bourses accordées

De 2014 à 2016, ce sont plus de 46 millions d’euros qui ont été distribués sous l’égide de la Bourse French Tech, opérée une fois encore par bpifrance. Cette bourse est destinée à soutenir la création de startups, pour permettre aux futures pépites de couvrir leurs premières dépenses.

3 millions d’euros

C’est le montant des subventions allouées, en 2015 et 2016, à six projets privés destinés à promouvoir les startups françaises. Reviens Léon, la French Touch Conference, Reboot, NUMA international, Hello Tomorrow et French Founders présentent des synergies avec la French Tech et participent à la visibilité de l’écosystème français à l’international.

Reviens Leon

93 startups internationales

C’est le nombre de jeunes pousses accompagnées dans le cadre du French Tech Ticket, soit plus de 230 entrepreneurs. Ce programme permet aux startups étrangères d’être accompagnées par la French Tech pour s’implanter dans l’Hexagone. Après une première saison cantonnée aux structures parisiennes d’accompagnement, le programme s’est élargi à 41 incubateurs présents dans les métropoles labellisées.

178 startups

C’est le nombre de jeunes pousses françaises présentes au dernier CES de Las Vegas, contre seulement 44 en 2014. Une jolie croissance qui témoigne de la visibilité de l’écosystème français à l’international. D’autres festivals Tech, à l’instar du SXSW, du Mobile World Congress ou du Web Summit constituent d’autres cibles de choix pour les startups frenchies pour développer leur réseau. Et concrétiser leur ambition de conquérir le monde.

  • nguyen

    Dans tous ces articles du même genre , j’aimerais bien que l’auteur définisse clairement ce qu’il appelle start-up. Par ex. ici, on a l’impression qu’il ne s’agit que d’entreprise du domaine “numérique”. Une nouvelle entreprise qui développe un médicament ou une voiture électrique ou une fusée pour aller sur Mars 😉 n’est donc pas une start-up. Et est-ce qu’on est considéré start-up à vie ou y a-t-il un moment où c’est fini. par ex. une entreprise numérique de 10 salariés à l’esprit Frenchtech mais qui a 10 ans est-elle toujours une start-up ?
    Sinon c’est n’importe quoi mais certainement pas de l’information.