Retour en haut
Finance

#MaddyMoney 2,3 milliards d’euros levés en 2017, les startups françaises sur la voie de la maturité

#MaddyMoney : 2,3 milliards d’euros levés en 2017, les startups françaises sur la voie de la maturité
par

2017 a-t-elle tenu toutes ses promesses ? Avec plus de 2,34 milliards d’euros levés l’année dernière, les startups françaises ont à nouveau battu le record établi l’année précédente. Elles avaient levé près de 2 milliards en 2016.

Pour recevoir l’actualité financière des startups françaises directement dans votre boîte mail, inscrivez-vous à notre newsletter #MaddyMoney 

L’année 2017 a-t-elle été faste pour les startups françaises ? Oui, à en croire le décompte que nous tenons toutes les semaines dans nos MaddyMoney. En levant un total de 2,342 milliards d’euros l’année dernière, les jeunes pousses de l’Hexagone ont une fois de plus battu le record de l’année précédente, une constante depuis plusieurs années. En 2016, le total des levées avait pour la première fois dépassé les 2 milliards d’euros. Le nombre d’opérations a lui aussi battu un nouveau record, avec 689 tours de table annoncés (et 652 dont le montant a été dévoilé), contre 612 l’année dernière.

Autre bonne nouvelle pour les entrepreneurs en création : le ticket moyen se maintient à 3,3 millions d’euros. Sauf qu’en 2016, trois levées à plus de 100 millions avaient alors tiré la moyenne vers le haut. 2017 a, au contraire, vu les investissements se “lisser” : aucune levée à trois chiffres n’a été enregistrée et les opérations en-dessous du million d’euros n’ont plus représenté qu’un tiers (34%) des tours de table. Des chiffres qui démontrent la vigueur de l’écosystème startup, côté jeunes pousses comme côté investisseurs. Car si les projets sont de plus en plus nombreux à réussir à lever des fonds, c’est aussi parce que les investisseurs français comme étrangers se penchent de plus près sur ce qui se passe dans l’Hexagone.

La scène startup française connaît donc un double phénomène : d’un côté, les investisseurs ont plus de cash que jamais à miser, ce qui débloque des paris plus risqués et fait grimper le ticket moyen; de l’autre, les startups de l’Hexagone arrivent à un stade de maturité qui leur permet de lever des fonds plus importants et d’envisager une croissance durable. Les startups pionnières devenues scaleups, à l’instar de BlaBlaCar, dépassent désormais la dizaine d’années d’existence et le label French Tech a soufflé en 2017 sa troisième bougie. L’âge de raison approche et l’écosystème est en phase de structuration.

Trois startups ont conclu des opérations à plus de 60 millions d’euros

Avec un tour de table de 75 millions de dollars (71 millions d’euros à l’époque), bouclé auprès de ses actionnaires historiques Foxconn, Indivest Partners, Ginko Ventures, Orange, KPN, Swisscom, mais aussi de la famille Mulliez, via son fonds Creadev, du groupe industriel allemand Bosch, d’Inmarsat et de Bpifrance, Actility a surclassé la concurrence en 2017. En attaquant le marché chinois, dans lequel son concurrent Sigfox n’est pas encore présent, la startup bretonne promet un duel franco-français au sommet dans le secteur de l’Internet de objets en 2018 !

L’éditeur cloud Oodrive arrive deuxième avec un tour de table de 65 millions d’euros conclu en mars pour asseoir son marché français et financer sa croissance externe, en Allemagne notamment. La marketplace dédiée au bricolage ManoMano prend quant à elle la dernière place du podium, avec une opération à 60 millions d’euros, bouclée auprès de Piton Capital, Partech Ventures, Bpifrance et menée par l’Américain General Atlantic. Notons également que Doctolib s’est illustrée cette année par deux levées de fonds, en janvier (26 millions) et en novembre (35 millions), totalisant 61 millions d’euros.

Les autres levées à plus de 20 millions d’euros

Les secteurs en vogue…

Les services aux entreprises se portent bien. En additionnant les levées réalisées par les startups qui développent des logiciels B2B (261 millions d’euros) et celles des jeunes pousses du secteur marketing ou MarTech (201 millions d’euros), les startups B2B totalisent 462 millions d’euros levés. De quoi en faire le secteur le plus fructueux cette année.

Les technologies médicales ont elles aussi raflé la mise en 2017. Les MedTech (214 millions d’euros) et les BioTech (129 millions d’euros) ont totalisé 343 millions d’euros d’investissements. Une petite révolution car les technologies du secteur nécessitent plusieurs années de recherche et développement, ce qui peut rebuter des investisseurs qui attendent un retour sur investissement très rapide. Un signe que les technologies de rupture ont le vent en poupe !

Derrière, le retail (179 millions d’euros), les services financiers qui totalisent 169 millions d’euros en additionnant les opérations des FinTech (131 millions d’euros) et des AssurTech (38 millions d’euros) ainsi que le secteur des transports et de la mobilité (168 millions d’euros) ont tous dépassé le seuil des 150 millions rassemblés.

… et les autres

La FoodTech est assurément dans une période creuse. Avec seulement 79 millions d’euros levés, malgré la belle opération de Frichti à 30 millions, le secteur connaît un trou d’air après son âge d’or. Subissant le contrecoup des premières faillites des startups de livraison de repas enregistrées l’année dernière ainsi que la réticence des investisseurs à miser sur un segment ultra-concurrentiel et qui peine à se réinventer, les entrepreneurs de la FoodTech devront redoubler d’imagination en 2018 pour redonner de l’élan à un secteur à bout de souffle.

Le secteur des objets connectés est lui aussi dans une mauvaise passe. Alors même que l’Internet des objets s’est illustré avec la levée la plus importante de l’année (Actility), c’est en fait l’arbre qui cache… le désert. Avec 121 millions d’euros levés, soit à peine 50 millions d’euros si l’on écarte la levée record d’Actility, le secteur subit de plein fouet son image de “poudre de perlimpinpin”. Alors, éclatement d’une bulle ou bad buzz passager ? 2018 devrait apporter de premiers éléments de réponse.

Dans une moindre mesure, la FinTech a elle aussi eu un effet déceptif. Avec 155 millions d’euros levés en 2016, elle était alors le secteur prometteur pour 2017. Logiquement, après une phase de croissance marquée par les levées, le secteur a profité de l’année pour se structurer, ce qui explique notamment qu’un seul acteur se soit hissé dans le Top 10 des levées (Younited Credit, 40 millions d’euros) et que plusieurs jeunes pousses se soient rapprochées de grands groupes (Compte-Nickel, Pumpkin, KissKissBankBank). La tendance pourrait s’inverser en 2018, plusieurs néobanques s’étant lancées en 2017. Elles pourraient ainsi profiter de cette année pour accélérer grâce à quelques hold-ups… sauf si les startups étrangères du secteur raflent la mise.

Bilan MaddyMoney 2017 infog